Pétrole et syndicats

Adrien Cornet : la raffinerie contre-attaque

Photos : Antoine Seiter

Alors que Total compte reconvertir sa raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) en « une plateforme zéro pétrole de biocarburants et bioplastiques », Adrien Cornet, délégué CGT sur le site, ne cesse de dénoncer le « greenwashing » de la multinationale. Pour l’ouvrier, la transition écologique ne pourra se faire qu’en donnant aux travailleurs la maîtrise de leur outil de production.

Emmitouflé dans sa veste orange fluo arborant sur le dos le message « En grève Total », Laurent, alias Lolo, est catégorique : non, il ne peut pas vraiment se dire écolo. Il bosse pour le groupe le plus polluant de France et, en plus, il adore faire de la moto le week-end… « Écoresponsable, ça me correspond mieux », concède ce presque quinquagénaire planté là, avec son collègue Sébastien, entre un haut grillage et un complexe industriel sillonné d’impressionnantes cheminées un peu décaties, de grands bacs et d’immenses échafaudages attaqués par la rouille.

Retrouvez notre dossier sur l'emploi et l'écologie dans notre numéro « L'écologie recrute ! » disponible en kiosques et sur notre site.

Nous sommes à l’orée de la crépusculaire raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne). Lolo et Sébastien prennent quelques minutes pour discuter avec leur collègue et copain Adrien Cornet, qui sera notre guide en cette froide matinée de février. En quittant ses camarades, ce dernier nous glisse : « Cette histoire de moto, c’est le truc qu’on ne cesse de nous mettre dans le crâne : oui, dans l’absolu, Lolo pourrait faire du vélo. Mais ça n’est pas lui qui produit le gros de la pollution de la planète ! »

Adrien,...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier