Transition de l'emploi et chiffrage

Reconversion écologique : où postuler en 2050 ?

Alors que le sujet est souvent agité comme un épouvantail pour freiner les mesures de décarbonation de l’économie française, plusieurs organismes ont tenté de modéliser une évolution de l’emploi compatible avec la transition écologique. Résultat : loin de la grande casse redoutée, décarboner serait même un moyen de créer du travail. Sortez vos calculettes...

Les enjeux politiques les plus brûlants se cachent parfois derrière les calculs les plus obtus – comme les noms les plus abscons. Three-ME, TETE, Imaclim… Non, il ne s’agit pas de marques de ventilateurs, mais de modèles cherchant à mesurer l’incalculable, ou presque : évaluer les conséquences économiques des politiques environnementales, et en particulier mesurer leur effet sur l’emploi.

Retrouvez notre dossier complet sur l'écologie et l'emploi dans notre dernier numéro d'avril-mai « L'écologie recrute », en kiosques et sur notre site !

L’enjeu est capital, car ces scénarios offrent d’indispensables repères dans le grand saut de nos économies exigé par la catastrophe climatique, tout en répondant sur le terrain statistique aux accusations faisant de l’écologie l’ennemie de l’emploi. « La transition écologique est régulièrement taxée d’être destructrice d’emplois, malgré toutes les démonstrations qu’il s’agit d’une croyance erronée au niveau global », regrette Thomas Gaudin, économiste en charge des questions d’emploi au sein de l’Agence de la transition écologique (anciennement Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie - Ademe).

Il y...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier