Grand entretien - Hors-série L'écologie ou la mort

Dennis Meadows « Nous entrons dans une période d'explosion des crises »

Illustration Élodie Bouédec

En 1972, la parution des Limites à la croissance allait changer le monde. Souvent considéré comme le point de départ de la prise de conscience écologique mondiale, ce rapport commandé par le Club de Rome modélisait pour la première fois, grâce à l’informatique, l’incompatibilité entre la dynamique exponentielle de la croissance économique et démographique des sociétés industrielles et la finitude des ressources terrestres. Dennis Meadows, le directeur de ce groupe de travail du Massachusetts Institute of Technology (MIT), était alors âgé de 30 ans. Depuis, il n’a cessé d’interpeller au sujet d’un effondrement écologique à venir. À l’occasion du 50e anniversaire du « rapport Meadows », le professeur émérite à l’université du New Hampshire, aujourd’hui âgé de 79 ans, nous livre sa vision lucide de l’état du monde, actuel et à venir.

Cet entretien est issu de notre hors-série L'écologie ou la mort, 196 pages à découvrir en kiosque, librairie et sur notre site.

Les événements extrêmes – mégafeux, grandes inondations, canicules – surviennent à un rythme inédit ces dernières années. Avez-vous le sentiment que nous sommes entrés dans une nouvelle ère ?

Nous n’entrons pas dans une nouvelle ère, nous entrons dans une nouvelle phase d’une ère commencée il y a un siècle. Les limites à la croissance mentionnait le concept de croissance exponentielle, c’est-à-dire la multiplication par deux d’un facteur sur une période donnée, – il passe de deux à quatre, puis à huit à seize, etc. La caractéristique la plus surprenante de tout ce qui croît de manière exponentielle est que rien ne semble changer durant un long moment, car les quantités physiques sont trop faibles, avant de soudain donner l’impression d’une explosion. Nous vivons donc seulement une nouvelle phase de cette croissance exponentielle, qui peut déclencher d’autres processus dans le système – et je pense que c’est ce qui se passe avec le changement climatique. La croissance exponentielle et l’énergie thermique ont lentement apporté de plus en plus de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Et maintenant, il y en a assez pour déclencher certains points de bascule globaux, donnant l’impression que quelque chose de...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier