Dossier

Mon manager est un idiot

Illustration : James Clapham

La figure du manager a changé la relation à l’autorité dans les entreprises. Le contremaître dirigeait par la contrainte, le manager dirige par la bienveillance. Mais derrière cette posture se cache en réalité un vide profond, une absence de pensée qui trouve sa source dans le fonctionnalisme, le mimétisme et la novlangue.

Le principe de Peter postule que « dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s’élever à son niveau d’incompétence ». Corollaire : le risque est grand que dans une organisation chaque poste hiérarchique finisse par être occupé par un incompétent. Si cette loi à la portée satirique fait la plupart du temps sourire dans le monde de l’entreprise, il ne faut pas minimiser son caractère strictement descriptif. Car qui n’a pas déjà croisé au bureau un manager qui ne comprenait absolument rien à la nature du travail de ses subalternes ? Ou encore un chef autoritaire dont la médiocrité humaine et professionnelle était sidérante ? Ce type de profils donne l’impression que les N+1 occupent leur place pour des raisons mystérieuses, qu’ils ne sont en réalité que des courroies de transmission choisies pour leur docilité par une hiérarchie refusant de faire le sale boulot. 

À se demander si l’ascension dans une organisation ne correspond pas plus à la maîtrise de certains codes, à la présence dans de nombreuses réunions afin d’occuper le terrain et de déployer sa rhétorique, qu’au fait de détenir une compétence réelle. Voilà peut-être pourquoi, avec l’essor des nouveaux modèles organisationnels (qui se sont construits contre le modèle bureaucratique), les employés sont de plus en plus confrontés à des injonctions contradictoires : il faut travailler en équipe malgré une évaluation...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
NUMÉRO 48 - OCTOBRE NOVEMBRE 2021:
Idiocratie, comment la médiocrité nous gouverne
Lire le sommaire

Les derniers articles