Poésie et passion

Une vie passionnante ou rien

Illustration : Beya Panicha

Face aux ravages de la Raison instrumentale, à l’enlaidissement du monde qu’elle entraîne, à l’altération massive de notre vie sensorielle et affective, le poète et penseur Joël Gayraud en appelle à refonder l’utopisme sur les passions heureuses, celles qui élargissent les êtres. Des souvenirs de l’échec de Mai 68 remontent ces mots oubliés : désir, rire, révolte – et un mot d’ordre : « Lâchez tout, partez sur les routes ! »

J’avais quinze ans, le mois de mai bourgeonnait de pavés aériens et s’étoilait de fleurs d’incendie. Au détour d’une rue, sur le gris d’une muraille, je lus cette inscription : « Libérez les passions », et un peu plus loin « Une vie passionnante ou rien ». À cet instant, je crus saisir le sens de ce qu’on n’osait pas encore appeler une révolution, mais qui était bien autre chose que de simples événements. Ce levain vital des passions, c’était déjà l’air que nous respirions ; et n’était-ce pas également ce que nous désirions autant que le moyen de l’obtenir ? Ainsi, la vieille querelle de la fin et des moyens, sur laquelle l’éthique révolutionnaire avait si souvent achoppé, avait peut-être trouvé sa solution : le moyen était en parfait accord avec sa fin puisqu’il s’identifiait avec elle. Oui, cette révolution, nous pourrions la faire en toute conscience, nous n’aurions pas les mains sales. 

Article issu de notre hors-série « Comment nous pourrions vivre » avec Corinne Morel Darleux, rédactrice en chef invitée. En kiosques jusqu'au 6 septembre et sur notre boutique.


Or, comme on sait, un mois plus tard et, malgré la grève générale...

Cet article est réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro pdf "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
NUMÉRO 53 : AOÛT - SEPTEMBRE 2022:
Punir les écocidaires
Lire le sommaire

Les derniers articles