Alternatives agricoles

La coopérative Longo Maï : pourvu que ça dure !

Photos : Yohanne Lamoulère

Principale coopérative établie en 1973 aux abords de Limans, un petit village des Alpes-de-Haute-Provence, Longo Maï est l’une des seules tentatives de vie collective de cette ampleur à avoir perduré. En provençal, Longo Maï signifie « pourvu que ça dure ». Outre cet intitulé prophétique, comment expliquer leur exceptionnelle longévité ? Un savant mélange de pratique et de théorie, une bonne dose d’internationalisme, une horizontalité à toute épreuve… et une pincée d’utopie.

Dans l’arrière-pays des Alpes-de-Haute-Provence, une colline trace des chemins hors du temps. Ici, pas de salaire, pas de lois écrites ni de propriété privée. Nous sommes à Longo Maï, 290 hectares de champs et de pâturages sertis d’une roche dorée par le soleil, où s’activent une centaine d’utopistes qui partagent tous leurs repas et un idéal entretenu depuis bientôt cinquante ans. Aux accents qui s’entremêlent, on devine des Allemands, des Autrichiens, des Suisses, des Italiens, des Anglais sous les cheveux grisonnants… Anarchistes pour la plupart, ils ont, dès les années 1970, tourné le dos aux mouvements sociaux citadins pour vivre leur révolution champêtre.

Retrouvez ce reportage dans notre hors-série « Comment nous pourrions vivre », en kiosques jusqu'à mi-septembre, en librairies et sur notre boutique !


Ainsi émerge Longo Maï. C’est probablement ce que se sont dit ces quelques jeunes en investissant les terres laissées en friche aux abords de Limans et que leur avait dégotées Pierre Pellegrin, le berger de Jean Giono, achetées...

Cet article est réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro pdf "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
NUMÉRO 54 : OCTOBRE-NOVEMBRE 2022:
Êtes-vous éco-anxieux ?
Lire le sommaire

Les derniers articles