Nous n'irons pas sur Mars - 49

Conquête spatiale : Soixante ans de «spatio-critiques» passées sous silence

La « conquête spatiale » est un mouvement irrépressible : celui de l’héroïsme et du génie humain, sans cesse appelés à franchir de nouvelles frontières ou à faire de nouvelles découvertes. C’est du moins ce que l’histoire officielle nous enseigne depuis les années 1960, passant sous silence les nombreuses réserves, critiques et contestations populaires jusqu’à aujourd’hui.

Des milliardaires voyagent dans l’espace tandis que des millions ont faim sur Terre. » Ces mots ne sont pas passés inaperçus. Et pour cause : ce sont ceux d’António Guterres, secrétaire général des Nations unies lors de son discours d’ouverture à l’Assemblée générale de l’ONU le 21 septembre 2021. En ligne de mire, Jeff Bezos et Richard Branson, qui se livrent alors à une guerre médiatique pour mettre en scène leurs vols sub­orbitaux et faire gagner des parts de marché à leurs entreprises respectives, Blue Origin et Virgin Galactic. Des gesticulations et un monumental gaspillage de ressources qui feraient presque oublier que le tourisme spatial n’est qu’une des multiples manifestations – sans doute la plus grotesque – d’un secteur en proie à de nombreuses critiques, comme le retour annoncé sur la Lune (programme Artemis) ou l’envoi de grappes de satellites en orbite basse pour connecter toute la planète (Starlink). Critiques qui invitent surtout à ne pas voir la conquête spatiale comme une histoire enchantée et à remettre en cause le prétendu unanimisme dont, pense-t-on à tort, elle aurait bénéficié. Dès les années 1960 aux États-Unis, des mouvements contre-culturels s’élèvent pour dénoncer les rapprochements inquiétants entre le domaine militaire et l’industrie spatiale, les coûts exorbitants de cette dernière – tant du point de vue financier qu’environnemental – et, de façon plus générale, l’hubris qui la caractérise. Ici et là, ces objections contribuent...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier