Nous n'irons pas sur Mars

La ruée vers l'orbite basse

Spoutnik 1, lancé le 4 octobre 1957, est le premier engin placé en orbite  autour de la Terre et marque le début de l'ère spatiale.
Spoutnik 1, lancé le 4 octobre 1957, est le premier engin placé en orbite autour de la Terre et marque le début de l'ère spatiale.

Pour fournir une connexion Internet à un très bon débit sur toute la planète, plusieurs entrepreneurs veulent envoyer une armada de satellites à quelques centaines de kilomètres autour de la Terre. Une appropriation pernicieuse de l’espace aux conséquences, elles, bien terrestres.

Vendredi 24 avril 2020, le ciel de la région toulousaine s’illumine d’une nuée de petits points blancs clignotants qui viennent briser la morosité de cette nuit de confinement. Une dizaine de lumières artificielles déchirent la pénombre et s’étirent sur pratiquement une minute. Ni une pluie de météorites ni une succession d’ovnis, mais une kyrielle de satellites à la queue leu leu lancés dans le cadre du programme Starlink par la société de l’entrepreneur américain Elon Musk, SpaceX. Starlink se donne pour objectif de rendre opérationnelle, d’ici 2025, une « constellation de satellites », un terme cosmique en phase avec l’immensité du programme : 12 000 engins devraient finir en orbite autour de la Terre. « Avant le lancement de ce projet, on avait envoyé environ 8 000 satellites depuis Spoutnik, le premier d’entre eux, en 1957, fait savoir Roland Lehoucq, astrophysicien. C’est un changement d’échelle énorme ! » Concrètement, Starlink promet de fournir aux Terriens une connexion Internet rapide – 300 mégabits par seconde, dix fois plus que le seuil du très haut débit fixé, en France, à 30 mégabits par seconde – accessible en tout point du globe. 

« Actuellement en train d’envoyer ce tweet dans l’espace via un satellite Starlink », s’enorgueillissait le patron, dès 2019, en gazouillant sur son réseau social préféré. Pour être sûre de pouvoir garantir pareil service sur toute la planète, l’entreprise doit se doter de 42 000 satellites...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier