Bienvenue en terrain miné

Peut-on (enfin) parler de démographie ?

Illustration : Laurent Bazart

Tabou pour les uns, obsession pour d’autres, la question démographique ne laisse jamais indifférent. Alors que certains s’effraient d’une surpopulation mondiale, retour sur un débat passionnel qui, depuis deux siècles, a toujours été hanté par le spectre d’un homme, Thomas Malthus.

Incident en dit long. Et il a concerné l’une des grandes figures françaises de la pensée éco­logiste, le penseur de la décroissance Serge Latouche, qui nous a rapporté l’anecdote. Il y a quelques mois, celui-ci a voulu publier dans la collection « Précurseur·ses de la décroissance », qu’il dirige au sein de la maison d’édition Le Passager clandestin, un ouvrage de l’auteur et militant ­Michel ­Sourrouille sur le controversé ­Thomas ­Malthus (1766-1834), premier grand théoricien moderne de la question démographique. L’ouvrage a tout simplement été… rejeté ! « Pour des raisons de divergence idéologique et/ou politique, l’éditeur s’est refusé de le publier, en dépit de mon insistance », explique ­Serge ­Latouche, qui y voit une énième preuve que « le sujet est miné ». À ce jour, le livre n’a toujours pas été publié ailleurs, malgré l’appui d’une préface consentie par Serge Latouche – qui qualifie toutefois ­Michel ­Sourrouille de « partisan maladroit de ­Malthus ». « Il est difficile d’avoir un échange calme et serein sur la démographie », résume l’auteur du Pari de la décroissance (Fayard, 2006). 

Poser la question d’une surpopulation humaine serait tabou, affirme aussi la Bible de la collapsologie, Comment tout peut s’effondrer (Le Seuil, 2015). « Il n’est pas possible de discuter sereinement de démographie. C’est un sujet absolument tabou et rares sont ceux qui...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
NUMÉRO 48 - OCTOBRE NOVEMBRE 2021:
Idiocratie, comment la médiocrité nous gouverne
Lire le sommaire

Les derniers articles