Argumentation néolibérale

Débat public : où sont passées les idées ?

Illustrations Sam Taylor

Loin des années dorées des sciences humaines, lorsque les ouvrages de Michel Foucault et Roland Barthes se vendaient comme des best-sellers, les livres de réflexion ont subi un lent déclassement. Et les chercheurs sont désormais contraints de se plier à des formats médiatiques axés sur la réaction à l’actualité pour exister dans un espace public de plus en plus reconfiguré par des logiques néolibérales qui, de l’université à l’édition, œuvrent à évincer les idées du débat collectif.

Leur métier est invisible au public. Mais, à la croisée des livres et des médias, les attachées de presse de l’édition disposent du meilleur thermomètre pour juger de l’espace consacré à la production des idées. Ces temps-ci, la météo n’est pas engageante : « Il y a très peu de place pour les sciences humaines, déplore-t-on chez un grand éditeur de la recherche. Les livres qui ne collent pas à l’actualité n’intéressent généralement pas les journalistes. »

Article issu de notre hors-série « Manuel d'autodéfense intellectuelle » avec François Bégaudeau, en kiosque, librairie et sur notre boutique.



Du côté de La Découverte, la responsable du service de presse Pascale Iltis égrène les formats. La presse écrite ? Heureusement, « les pages “idées” donnent généralement la parole aux chercheurs ». La radio ? « Sur France Culture, on a perdu des émissions autour des champs d’idées, comme sur l’urbanisme, les arts plastiques, la psychanalyse. » La télévision ? « Nos débouchés sont assez...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

Débloquez l'accès en vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro pdf "À quoi devons-nous renoncer ?" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 3€/mois

S'abonner
NUMÉRO 63 : AVRIL -MAI 2024:
+4°, ça va chauffer !
Lire le sommaire

Les derniers articles