Autodéfense télévisée

Comment hacker une émission de débat ?

Illustration : Kévin Deneufchatel

Une émission de débat télévisé peut vite devenir un ring impitoyable pour toute personne prompte à convoquer la bourgeoisie dans les échanges ou à évoquer la lutte des classes. Nicolas Framont, auteur avec Selim Derkaoui de La guerre des mots et plus récemment de Parasites, rédacteur en chef de Frustration magazine, nous fait le récit de ses rares passages télévisés, qui donnent tout aussi rarement lieu à réinvitations.

Quand on est partisan de plus de justice sociale voire d’un changement de société, soyons fous, intervenir sur un média télévisé n’est pas une promenade de santé. Pour de nombreux militants de gauche, c’est même carrément une faute de goût. On ne devrait pas mettre les pieds dans ces antennes du capitalisme bourgeois, « et d’ailleurs moi je n’ai pas de télé », rajoute en général l’activiste à cheval sur ses principes. Hélas, moi j’en ai une, et j’adore, comme beaucoup de gens, voir débarquer une ou un gauchiste qui balance sa haine des bourgeois sur un plateau composé de gens polis et distingués.

Article à retrouver dans notre hors-série « Manuel d'autodéfense intellectuelle », en librairie et sur notre boutique.


Je peux regarder en boucle des syndicalistes jeter du réel à la tronche des éditocrates, une activiste du climat reproduire un moment « Don’t look up » et j’avoue que oui, j’ai aimé voir Louis Boyard dénoncer Bolloré sur sa propre chaîne. Mais ces séquences ont un prix pour celles et ceux qui les mènent : se farcir la participation à un dispositif où tout concourt à vous faire passer pour un débile, un rebelle échevelé voire à vous retirer la parole. 

« Faut-il...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

Débloquez l'accès en vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro pdf "À quoi devons-nous renoncer ?" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 3€/mois

S'abonner
NUMÉRO 63 : AVRIL -MAI 2024:
+4°, ça va chauffer !
Lire le sommaire

Les derniers articles