Solution contre-productiviste

Abattage à la ferme : et si l'innovation, c'était la tradition ?

L’année 2021 devrait voir le déploiement d’« abattoirs mobiles » comme alternative aux abattoirs centralisés, synonymes de stress pour les animaux, de mauvaise qualité de la viande et de non-rentabilité économique. Une initiative de nombreux éleveurs qui se heurte pour l’heure à des blocages.

À  Grenoble, lorsque l’on tourne son regard vers l’est en direction des Alpes, l’horizon est tout entier décoré par la majestueuse chaîne de Belledonne et sa ligne très régulière de cimes enneigées culminant à près de 3 000 mètres. À leur base se trouve la débonnaire colline du Mûrier, affichant une altitude plus raisonnable de 500 mètres. Ce piémont partagé entre les communes de Gières et Saint-Martin-­d’Hères, immédiates banlieues de Grenoble, est un îlot de verdure surplombant la ville, si vert qu’il accueille depuis plusieurs années déjà la ferme caprine des Maquis, dont les fromages se vendent sur les marchés et dans les magasins bio de la métropole dauphinoise. À la fin de l’hiver, la ferme rouvre au public pour faire de la vente directe. Plus tard au printemps, elle commercialise aussi des colis de viande de cabris, nés quelques semaines plus tôt et déjà abattus.

Cycle éternel de l’élevage : pour produire du lait, les chèvres, brebis, vaches doivent avoir des petits. Et si certains de ces derniers ont vocation à demeurer à la ferme, afin d’assurer la reproduction pour les mâles, ou la production de lait pour les femelles, tous ne pourront pas rester, la taille d’une exploitation n’étant pas sans limites. Il faut donc ôter la vie de certains animaux pour laisser de la place et de la nourriture aux autres, sans quoi la consommation de fromage, comme celle de viande, serait impossible. Même les productions purement végétales, d’ailleurs, dépendent étroitement de l’élevage, dont les fumiers et lisiers permettent de fertiliser les terres qui, autrement, s’épuiseraient à force de se voir prélever leur fruit. 

2016 : le choc des vidéos L214 

Sans l’élevage donc, l’alimentation de 8 milliards d’êtres humains paraît impensable. Mais l’élevage a un coût : la mort régulière des animaux. Une équation sinistre mais implacable à laquelle on ne peut échapper, quand bien même l’on défendrait le végétarisme et le bien-être animal – une notion qui peut sembler elle-même étrange lorsque l’on accepte in fine de tuer des animaux voire de se repaître de leur chair. « On peut élever des animaux pour leur viande et les aimer », nous assure ­Émilie ­Jeannin, très médiatique éleveuse de vaches charolaises en Côte‑d’Or (lire notre interview p. 59). Engagée à la Confé­dération paysanne, elle milite depuis des années pour le bien-être des animaux d’élevage de leur naissance à leur mort, et est l’initiatrice du « Bœuf éthique », projet qui a pour vocation de promouvoir l’abattage des bêtes à la ferme, au lieu des abattoirs industriels qui reviennent régulièrement sur le devant de la scène depuis 2016. Cette année-là, l’association L214, connue pour ses campagnes choc à destination du grand public, diffuse plusieurs vidéos dans des abattoirs à Alès et au Vigan, deux villes du Gard, ainsi qu’à Mauléon-­Licharre, au Pays basque. Ces vidéos, éprouvantes à regarder, révèlent les conditions atroces dans lesquelles les animaux d’élevage sont mis à mort. « Aucun éleveur ayant vu ces vidéos n’est resté indifférent », nous disent séparément, mais comme en chœur, Émilie Jeannin et Caroline Brousseau, laquelle est présidente de l’Afaad (Asso­ciation en faveur de l’abattage des ­animaux dans la dignité). L’unanimité pour dénoncer ces pratiques avait d’ailleurs été totale, la Confédération française de la boucherie appelant par exemple à « revenir à un modèle de consommation raisonnée car c’est l’industrialisation de la viande qui entraîne de fait ces dérives. » Le ministre de l’Agriculture de l’époque, ­Stéphane Le Foll, avait réagi en prenant une série de mesu­res afin de sanctionner plus durement les dirigeants d’abattoirs responsables de ces sévices infligés aux animaux.

Mais ceux-ci sont-ils vraiment évitables dans un système industrialisé à l’extrême ? Les abattoirs industriels sont le pendant des élevages industriels, dont les coûts de structure gigan­tesques obligent à des cadences infernales pour les animaux, mais aussi pour les hommes qui les abattent. Malgré le maintien d’une consommation élevée de viande par habitant, autour de 85 kilos équivalent carcasse selon les années, et la « production » annuelle de 5,6 millions de tonnes de viande, le secteur est très peu rentable. Il voit la faillite des petits abattoirs, proches des terroirs, qui ferment les uns après les autres. En 2003, la France comptait quelque 400 établissements. Durant la première décennie du xxie siècle, 125 abattoirs ont été fermés, avec des conséquences graves pour beaucoup de petits éleveurs obligés de faire de longs trajets, coûteux, stressants et polluants, pour conduire un nombre insuffisant d’animaux pour rentabiliser ce surcoût. Cela conduit à une importante concentration géographique : en 2014, selon l’Insee, 40 % du poids des animaux abattus l’a été en Bretagne, un chiffre qui grimpait à 70 % pour les porcins et 46 % pour les bovins. Les abattoirs opèrent en général sur de grandes quantités, parfois des dizaines de bovins et des centaines de porcins par jour dans les grands établissements, ce mélange des espèces étant l’une des causes des mauvais traitements subis. 


Sortir de l’impasse 

Ainsi s’est peu à peu imposée l’idée d’un abattage à la ferme pour sortir de l’impasse productiviste, comme une image en négatif d’un modèle qui pour la plupart des abattoirs n’est ­économiquement pas viable, en plus d’être désastreuse pour le bien-être des ­animaux, le moral des éleveurs et la santé des consommateurs, sans parler de l’environnement. L’industrialisation de l’agriculture a tellement rompu le fil des traditions paysannes que l’on en oublierait presque que l’abattage de proximité était la norme jusqu’aux années 1970. Comme si, au fond, la ville moderne reléguait loin d’elle-même tous les lieux qui pourraient lui donner mauvaise conscience : nouveaux cimetières, hôpitaux psychiatriques, prisons, abattoirs, tout ce qui pourrait lui rappeler l’universalité du malheur semble avoir été rejeté dans les marges de l’espace urbain. L’impasse des abattoirs français joue donc le rôle d’un Memento mori, d’autant plus scan­daleux qu’il opère dans une société qui veut bien se régaler de burgers estampillés « viande bovine française », mais pas admettre leur sanglante contrepartie. 

L’idée d’un abattage au plus près du lieu de vie du bétail, sinon à la ferme, constituerait ainsi un retour à la raison. Malgré le changement de majorité un an après les premières mesures décidées par Le Foll, le sujet de la bien­traitance a continué à faire son chemin dans le processus législatif avec la loi Égalim, votée en 2018. Elle prévoit depuis 2019 et jusqu’à 2023 l’évaluation des expérimentations d’abattoirs mobiles. Au lieu de déplacer les animaux jusqu’à un immense abattoir où ils sont mélangés à d’autres troupeaux et attendent parfois jusqu’à vingt‑quatre heures, sans boire ni manger, d’être abattus à la chaîne, les abatteurs viendront dans chaque ferme au volant d’un camion contenant toutes les instal­lations nécessaires à la contention, l’étourdissement, la saignée, l’écorchage, le ressuage, l’éviscération et la découpe d’un nombre limité d’animaux. 

Il convient encore de parler au futur car à ce jour, les abattoirs mobiles ne sont qu’à l’état de projet en France, avec des mises en service prévues pour courant 2021 et 2022. Pourtant, rien dans la réglementation européenne ­n’interdit cette pratique, déjà mise en œuvre en Suisse, en Allemagne et en Suède, ces deux derniers États étant membres de l’Union européenne. C’est davantage le fonctionnement d’ensemble du secteur agricole et agroalimentaire français qui est en cause que la législation elle-même. L’évaluation de l’expérimentation sur les abattoirs mobiles portera sur deux volets : un volet économique sur la viabilité des modèles proposés, sachant que le modèle actuel des abattoirs centralisés est davantage synonyme de plans sociaux en série comme à Saint-­Hilaire-du-Harcouët (Manche) récemment, où les 30 salariés ont été licenciés ; et un volet sur l’évaluation des apports en matière de protection animale. Il s’agit in fine ni plus ni moins que de « redonner du sens au métier d’éleveur », selon ­Ludivine ­Cosson d’AALVie (Abattage des animaux sur leur lieu de vie, un collectif de 150 éleveurs qui devrait lancer son propre abattoir mobile cette année en Loire-Atlantique), qui fait valoir que la vingtaine de projets en cours sont portés par des éleveurs, non par le secteur agroalimentaire. ­Ludivine ­Cosson pointe également que le problème tient au manque de financements, les banques étant, selon Émilie Jeannin, rétives à accorder des crédits à un secteur synonyme de scandales ou de faillites. C’est donc dire que le volet de l’expérimentation portant sur le modèle économique de la vingtaine de projets d’abattoirs mobiles sera scruté de près par les éventuels créanciers.

Émilie Jeannin : « Le blocage n’est pas institutionnel, mais industriel » 


Deux ans après le début de l’évaluation de l’expérimentation sur les abattoirs mobiles, quel bilan tirez-vous à mi-chemin ? 

Au moment où je vous réponds, rien n’a changé, car aucun abattoir mobile n’a encore pu être mis en place, mais nous avons réuni des fonds avec un lancement pour début juin 2021. 

Pensez-vous que l’évaluation de cette pratique permettra sa pérennisation ? 

L’évaluation doit porter sur le bien-être animal et la viabilité économique. Or, une seule réunion a eu lieu à ce jour au ministère de l’Agriculture, en octobre 2020. Il faut dire que des pressions sont exercées par l’industrie agroalimentaire sur le ministère pour maintenir le système actuel. Culture viande [le syndicat des entreprises productrices de viande, ndlr] a récemment demandé que les abattoirs mobiles soient exclus du plan de modernisation de l’agriculture. Tous ces blocages expliquent que cela mette du temps et que les banques soient réticentes. Mais l’attente du public est forte : en cinq jours sur la plateforme de crowdfunding Mimosa, nous avons dépassé notre objectif de 250 000 euros ! 

N’y a-t-il pas un risque que tout s’arrête à la fin de ­l’expérimentation ?  

Il n’y a pas besoin de réglementation supplémentaire, la réglementation européenne en vigueur permettant déjà les abattoirs mobiles. Le blocage n’est pas institutionnel, mais industriel. 

Quelle sera la différence de coût pour un éleveur entre un abattoir « classique » et un abattoir mobile ? 

Cela permettra globalement de gagner de l’argent en réduisant les intermédiaires. Non seulement il n’y aura pas de coûts de transport, mais il n’y aura pas non plus de perte de poids de l’animal pendant le transit qui amoindrit le revenu de l’éleveur. Il y aura également un gain de qualité de la viande, donc une augmentation de sa valeur et ainsi des revenus de l’éleveur. Aujourd’hui, le secteur agricole dépense des millions d’euros en recherche et développement pour attendrir la viande stressée, au lieu de faire des économies sur le système qui stresse les animaux. 

Quels bénéfices y aura-t-il pour le consommateur, pour l’animal et pour l’éleveur ? 

Pour le consommateur, il y aura déjà une réelle traçabilité de la viande grâce à un label spécifique. Pour l’animal, il sera dans son cadre de vie du début à la fin et son stress sera vraiment réduit au minimum. Pour l’éleveur, outre les revenus, il y aura une garantie du respect de ses animaux, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui où l’éleveur doit abandonner ses bêtes aux abattoirs et risque des poursuites s’il les abat lui-même. 

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
NUMÉRO 46 - JUIN JUILLET 2021:
Les cadres se rebiffent
Lire le sommaire

Les derniers articles