Artificialisation des sols

Le Vaucluse, département artificiel

Photos : Yohanne Lamoulère

Entre projets d’entrepôts logistiques et construction de lotissements, le Vaucluse subit une pression foncière continue. Les menaces qui pèsent sur les terres fertiles de ce département historiquement agricole ont suscité l’émergence d’un mouvement citoyen de contestation, qui alerte sur l’impact environnemental, alimentaire et hydrique d’une telle bétonisation.

Un combat a toujours besoin d’un chiffre choc. Dans le Vaucluse, on compte avec la même unité que la déforestation en Amazonie : un terrain de football y est en moyenne englouti chaque jour par l’urbanisation, selon la chambre d’agriculture locale 1. D’après cette dernière, l’artificialisation a consommé 18 % de la surface agricole utilisée 2 entre 1990 et 2018. Et une dizaine de projets de grande ampleur sont actuellement en préparation dans le département, selon le collectif Sauvons nos terres 84. Comme à Entraigues-sur-la-Sorgue, dans la périphérie d’Avignon, où l’extension d’une zone d’activités doit artificialiser 26 hectares de terres, dont les deux tiers sont pourtant jugés par l’étude d’impact « à aptitudes agronomiques intéressantes à excellentes ».

Reportage à retrouver dans notre hors-série « Ces terres qui se défendent », en kiosque, librairie et sur notre boutique


Un terrain de football, c’est-à-dire trois hectares, cela correspond justement à l’expropriation qui guette...

Cet article est réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro pdf "À quoi devons-nous renoncer ?" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
NUMÉRO 55 : DÉCEMBRE 2022-JANVIER 2023:
Bienvenue dans l'ère du rationnement
Lire le sommaire

Les derniers articles