Livres et sorties

Le sucre, amère histoire

Histoire du sucre, histoire du monde James Walvin, La Découverte, 20 août 2020, 300 pages, 22 €.

Le monde entier est « addict » à une poudre blanche – et ce n’est pas celle que vous pensez. Car, si le sucre est le produit colonial par excellence, c’est bien lui qui a colonisé le mode de vie de toute l’humanité. Cette explosion est pourtant récente : ce n’est qu’aux  XVIIe et  XVIIIe siècles que sa production augmente de façon massive, nous explique l’historien James Walvin. Avec cette Histoire du sucre, le professeur émérite à l’université de York offre un passionnant miroir – en dépit d’un propos souffrant parfois de longueurs, voire de redondances – pour examiner les dessous d’une modernité façonnée par l’Occident. Le sucre, en effet, semble réunir le pire de ce que ces derniers siècles ont produit : la soif du profit, l’accaparement des ressources, l’agriculture intensive, les crimes de l’esclavage et les ravages sanitaires (envolée des cas de caries et épidémie d’obésité). James Walvin n’entend d’ailleurs éluder aucune responsabilité. « Au cours de la longue histoire des Amériques, l’esclavage a été au fondement de la prospérité sucrière », souligne l’auteur, qui n’hésite pas à parler « d’empoisonnement du monde ». Et la question se pose, tant les conséquences de cette addiction sont profondes. Initialement réservé aux classes aisées, le sucre s’est, au fur et à mesure du temps, insinué dans toute l’alimentation, jusqu’à devenir le roi du dessert. Mais la face noire de l’or blanc ne s’arrête pas là : James Walvin dévoile également comment il a été utilisé pour adoucir la vie des opprimés – esclaves, soldats, ouvriers. Autrement dit, comment le sucre a, lui aussi, été un opium du peuple. 



Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
NUMÉRO 46 - JUIN JUILLET 2021:
Les cadres se rebiffent
Lire le sommaire

Les derniers articles