Agriculture et foncier

Gäetan du Bus : « La concentration de la propriété forestière est un verrou au changement »

Illustration : Benjamin Tejero

Depuis une dizaine d’années, le petit monde de la gestion forestière est secoué par la contestation des coupes rases et les effets du dérèglement climatique. Mais le dialogue avec la société civile peine à s’établir, tant la gestion forestière doit s’adapter aux « besoins » d’une filière bois industrialisée. 

Retrouvez cet entretien dans notre hors-série « Ces terres qui se défendent », en kiosque et sur notre boutique.


Le foncier forestier est une réalité bien moins connue que le foncier agricole. Qu’est-ce qui les différencie ?

Dans le monde agricole, les exploitants sont parfois propriétaires des terres, et quand ils ne le sont pas, ils bénéficient d’un bail rural qui leur donne une sécurité pour travailler sur le long terme. Mais ce statut du « fermage » n’existe pas en sylviculture, le code rural ne le prévoit pas. C’est une sorte de vide juridique. Dans les forêts publiques, le statut de fonctionnaire est menacé, et pour les autres, il n’y a pas de sécurité sur l’avenir de leur activité, ce qui déstabilise aussi l’avenir des forêts. Le respect de la forêt repose avant tout sur l’éthique, l’investissement personnel, la motivation des personnes. Mais la plupart des bûcherons et des débardeurs (ceux qui transportent les arbres abattus du lieu de coupe vers le lieu de dépôt, ndlr) n’ont d’autre choix que de passer d’une coupe à l’autre, sans...

Cet article est réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro pdf "À quoi devons-nous renoncer ?" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
NUMÉRO 55 : DÉCEMBRE 2022-JANVIER 2023:
Bienvenue dans l'ère du rationnement
Lire le sommaire

Les derniers articles