Changer de vie

Ancienne bergère reconvertie « c'est la même chose lorsque l'on devient dompteur de lion »

©Thomas Baron

À 37 ans, Florence Robert a quitté son travail de calligraphe pour devenir bergère et élever des brebis dans les Corbières (Aude). Une reconversion pour accomplir un rêve d’enfant, celui de vivre loin de tout, en pleine nature. Mais au-delà du mythe, l’expérience s’avère parfois difficile. Treize ans après sa reconversion, elle a préféré abandonner ce métier qui l’a tant usée.

Florence Robert n’a jamais pu oublier cette montagne. Celle qu’elle voyait, enfant, par la fenêtre de la voiture sur le trajet des vacances. Ses 600 mètres d’altitude calcaires, dépliés au milieu d’une garrigue tabassée de soleil et noyée par les vignes, visibles depuis l’A61 – la route qui permet aux Toulousains de rejoindre la Méditerranée en moins de deux heures. « C’était magnétique. À chaque fois, je n’avais qu’une envie : sortir de la voiture et m’immerger dans cette nature. » Elle se l’était promis : plus tard, elle vivrait ici, au pied de l’Alaric, dans le massif des Corbières.

Retrouvez le reste de nos articles dans notre numéro 51 - L'écologie recrute ! disponible en kiosques et sur notre site

Il lui faudra attendre trente ans et une vie d’adulte pour que la promesse se réalise. Florence Robert vit alors dans le Gers, débarquée dans le coin un peu par hasard après des études de sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) à Toulouse. Elle y exerce le métier de calligraphe, multiplie les petits projets avec des groupes scolaires, des artistes locaux ou des touristes, en plein cœur d’un village médiéval typique de la région. Mais cette vie commence franchement à l’ennuyer, elle qui rêve toujours de grands...