Perspectives

En 2050, 10 milliards de bouches à nourrir

Illlustrations : Emma Roulette

(2/4) Longtemps associée au spectre de la surpopulation, la crainte de la pénurie alimentaire a été balayée par les progrès agronomiques du siècle dernier. La question n’est plus de savoir s’il peut y avoir assez de nourriture pour 10 milliards d’humains, mais comment la distribuer à tous, tout en réduisant l’impact écologique de sa production..

« Il y a toujours autant d’hommes qu’il peut en être nourri », professait Mirabeau dans L’Ami des hommes en 1756. Quarante-deux ans avant la publication par Malthus de son Essai sur le principe de population (1798), l’idée que la croissance démographique doit se heurter à la capacité de production alimentaire faisait son nid. Quelques siècles et 7 milliards d’humains plus tard, cette idée n’a pas disparu. Alors, peut-on nourrir 10 milliards d’humains ? Techniquement, oui. Mais produire suffisamment de nourriture ne signifie pas forcément que tous y auront accès, et encore moins que cette production sera écologiquement soutenable. Pour y parvenir, quelques ajustements semblent nécessaires.

Le monde produit déjà de quoi alimenter 10 milliards de personnes, mais environ un tiers de cette production est perdue, estime la FAO, l’agence de l’Organisation des Nations unies (ONU) pour l’alimentation et l’agriculture. Des pertes qui s’expliquent par un manque d’infrastructures dans les pays les plus pauvres et par les pratiques de la grande distribution et des consommateurs dans les États les plus riches, explique l’institution. Même à supposer que ce gaspillage alimentaire soit drastiquement diminué, encore...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
NUMÉRO 46 - JUIN JUILLET 2021:
Les cadres se rebiffent
Lire le sommaire

Les derniers articles