Reportage

Dans la Vallée de l’Orbiel, un cocktail toxique ignoré par l’État

Photos : Thomas Baron

Au pied de la Montagne Noire, la mine de Salsigne a été la plus importante mine d’or de France. Elle a aussi été la plus grande mine d’arsenic du monde. Aujourd’hui, le passé minier se rappelle aux habitants au travers d’un cocktail de produits toxiques qui se déversent dans le bassin versant. Une menace que l’État continue de minorer et de négliger.

C’est un pays où la montagne est noire, l’eau est blanche et les vaches sont bleues. La vallée de l’Orbiel sinue entre de hautes collines boisées sur les flancs desquelles se déploie une palette de mille nuances de vert, tachetées du jaune des premières feuilles d’automne. Par beau temps, on aperçoit les Pyrénées qui se dressent, loin au sud, derrière la cité médiévale de Carcassonne. Difficile d’imaginer que les arbres de ce pays de cocagne enfoncent leurs racines dans « l’une des plus grandes décharges chimiques du monde ».

Reportage issu de notre numéro 55 « Bienvenue dans l'ère du rationnement », en kiosque en décembre-janvier et sur notre boutique.


C’est du moins ainsi que Frédéric Ogé, chercheur émérite au CNRS, décrit le lieu qu’il a choisi pour sa retraite. Quand on lui fait remarquer qu’un spécialiste des sols pollués aurait pu s’installer dans une région plus saine, le septuagénaire aux cheveux ébouriffés esquisse un sourire amusé : « Je vous avais prévenus : interdiction de vous moquer ! » De fait, l’ancien chercheur a une retraite active : depuis plusieurs années, il entraîne étudiants, politiques et journalistes dans des « toxic tours » à...

Cet article est réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro pdf "À quoi devons-nous renoncer ?" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
NUMÉRO 55 : DÉCEMBRE 2022-JANVIER 2023:
Bienvenue dans l'ère du rationnement
Lire le sommaire

Les derniers articles