Accaparement et privatisation

Aux nouvelles frontières de la propriété : privatiser la planète

Extraction de ressources toujours plus inaccessibles, occupation de milieux hostiles, modification et brevetage du vivant… Les réponses techno-solutionnistes et productivistes à la crise écologique repoussent les frontières de l’accaparement et de la propriété privée.

1. Creuser les profondeurs 

Face aux gisements qui s’épuisent, l’avenir est à celui qui trouvera la meilleure manière d’exploiter les ressources les plus inaccessibles. En déployant tous les efforts pour y parvenir. Ces dernières années, l’entreprise canadienneThe Metals Company a opéré un passage en force au sein de la communauté internationale pour obtenir l’autorisation de ratisser les fonds marins auprès de l’AIFM (Autorité internationale des fonds marins). Son but ? Collecter les nodules polymétalliques qui jonchent les abysses.

Article issu de notre numéro 60 « La tragédie de la propriété », en kiosque, librairie et sur notre boutique.

À ce jour, seules les explorations scientifiques sont permises, et les débats autour d’une potentielle exploitation industrielle sont âpres. Le 28 juillet dernier, l’AIFM s’est prononcée pour repousser l’adoption d’une réglementation définitive à 2025 sans pour autant édicter de moratoire. Malgré les délais, la firme a annoncé quant à elle demander une licence...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

Débloquez l'accès en vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro pdf "À quoi devons-nous renoncer ?" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 6€/mois

S'abonner
NUMÉRO 62 : FÉVRIER -MARS 2024:
L'écologie, un truc de bourgeois ?
Lire le sommaire

Les derniers articles