Pollution de l'air

Les lichens, espèces sentinelles

Photo : Laure Turcati

Ils n’ont l’air de rien, ces lichens qui recouvrent souvent le bâti et le mobilier urbains. Ces organismes symbiotiques, qui allient algues et champignons, stockent pourtant dans leurs « thalles » de véritables mines d’informations. Scientifiques et citoyens s’en saisissent pour révéler la pollution de l’air.

Il s’étend sur les toitures, les parapets, les vieux bancs, les pierres tombales et les écorces d’arbres. Il peut même se développer sur du plastique et du verre, dessinant des motifs inégaux, en nuances de jaune, de gris, de vert et de bleu. En ville, le lichen fait rarement événement. « Familier de tous, connu de personne », résume Vincent Zonca, qui lui a consacré un ouvrage passionnant et ultra référencé, Lichens. Pour une résistance minimale (Le Pommier, 2021). On y apprend que cette « morve de falaise » (dixit le poète canadien Ken Babstock), ces « feuilles de l’hiver » (sous la plume plus indulgente de Henry David Thoreau) seraient apparues il y a 400 à 450 millionsd’années.

Article à retrouver dans notre numéro 56 « Géo-ingénierie, c'est parti ? », disponible en kiosque et sur notre boutique.


Aujourd’hui, les lichens ne sont pas rares en milieu urbain, pour...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

Débloquez l'accès en vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro pdf "À quoi devons-nous renoncer ?" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 6€/mois

S'abonner
NUMÉRO 62 : FÉVRIER -MARS 2024:
L'écologie, un truc de bourgeois ?
Lire le sommaire

Les derniers articles