Écosocialisme utopique

Le romantisme peut-il être une force révolutionnaire ?

La Jeune Martyre de Paul Delaroche, 1855
La Jeune Martyre de Paul Delaroche, 1855

Généralement associé aux forces conservatrices et réactionnaires, le romantisme, qui s’ancre dans le souvenir et la valorisation de certains rapports précapitalistes, peut-il être une force révolutionnaire ? C’est ce qu’avance le philosophe Michael Löwy, qui remonte le fil du romantisme révolutionnaire depuis les socialismes utopiques jusqu’à nous. Une forme de sensibilité qui irrigue le projet de civilisation écosocialiste et anticapitaliste.

Le romantisme n’est pas seulement un mouvement littéraire et artistique du début du XIXe siècle, comme le présentent généralement les encyclo­pédies. Il s'agit d'un phénomène beaucoup plus étendu et profond, dont on trouve des manifestations dans les domaines de la philosophie, de la religion, de la politique, du droit et des sciences humaines, et qui ne s’est pas non plus achevé en 1830 ou en 1848 mais continue aujourd’hui encore. Avec le romantisme, nous sommes face à une vision du monde dont la caractéristique quintessentielle est une protestation culturelle contre la civilisation capitaliste moderne au nom de certaines valeurs du passé.

Article issu de notre hors-série « Comment nous pourrions vivre » avec Corinne Morel Darleux, rédactrice en chef invitée. Disponible sur notre boutique.


Ce qu’il refuse dans la société industrielle et bourgeoise moderne, c'est avant tout le désenchantement du monde – une expression célèbre du poète Friedrich Schiller (1759-1805) –, soit le déclin ou la disparition de la religion, de la magie, de la poésie, du mythe, au profit d’un monde entièrement régi par la mécanisation, la rationalisation abstraite,...

Cet article est réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro pdf "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
NUMÉRO 54 : OCTOBRE-NOVEMBRE 2022:
Êtes-vous éco-anxieux ?
Lire le sommaire

Les derniers articles