Agriculture intensive

En Espagne, une lagune asphyxiée par les nitrates de l'agriculture intensive

Photos : Quentin Hulo

Dans la région de Murcie, au sud-est de l’Espagne, la plus grande lagune méditerranéenne connaît depuis quelques années le taux de mortalité d’espèces marines le plus élevé de son histoire. En 2019 puis en 2021, des tonnes de poissons ont été retrouvés morts à la surface de l’eau, pris dans des poches d’anoxie. Alors que la Mar Menor est à la limite d’être considérée comme une « zone morte », citoyens et scientifiques tentent une dernière fois de la préserver.

Sur la plage de Los Cuarteros, située à la pointe nord de la lagune, un groupe de baigneurs plongent dans l’eau salsugineuse et se mêlent au brimbalement des vagues. Entourés de flamands roses qui enjambent l’eau à la recherche de nourriture, des enfants chahutent au bord de l’eau ; d’autres, encore, s’écrient à la vue émerveillée d’un hippocampe. Voilà le paradis décrit par les anciens qui ont connu, avant les années 1970, la Mar Menor, la plus grande lagune d’eau salée de Méditerranée, avec ses 170 km2 de surface et 70 km de côte, située dans la région de Murcie en Espagne.

Grand reportage issu de notre numéro « Reprendre les choses en main », en kiosque, librairie et sur notre boutique.

Car aujourd’hui c’est un tout autre paysage qui s’offre aux yeux des visiteurs : l’eau est trouble, des algues stagnent à la surface près des côtes et sont ramassées tous les jours en été. Les flamants roses n’ont plus leur couleur atypique car les crevettes dont ils absorbaient les pigments ont disparu de la lagune. Le nombre de méduses a augmenté. Même le sable des...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

Débloquez l'accès en vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro pdf "À quoi devons-nous renoncer ?" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 6€/mois

S'abonner
NUMÉRO 62 : FÉVRIER -MARS 2024:
L'écologie, un truc de bourgeois ?
Lire le sommaire

Les derniers articles