J'habite...

J'habite... dans un logement chauffé à la géothermie

Souterraine, elle est invisible et silencieuse. Aux côtés de l’éolien ou du solaire, la géothermie passe inaperçue. Mais de récents projets lui donnent une nouvelle visibilité. À Ivry-sur-Seine, Violette et ses voisins chauffent leur logement grâce à un profond aquifère, vieux de millions d’années.

« Ah, les appartements sont chauffés par la géothermie ? » Dans cet immeuble d’Ivry-sur-Seine, qui mêle HLM et logements en accession, l’évocation de l’éner­gie qui réchauffe les radiateurs et les robinets d’eau suscite la surprise. « On n’a pas été informés quand le réseau a été raccordé à la géothermie », relève Violette, l’une des habitantes de cet ensemble brutaliste aux larges terrasses et aux nombreux duplex. Il faut dire que la géothermie sait se faire discrète : dans l’appartement de l’énergique septuagénaire, rien n’indique que l’agréable température dépend de ce qui se trame dans les profondeurs de la croûte terrestre, au cœur de formation calcaire de quelque 150 millions d’années. 

À défaut de mine d’or, l’Île-de-France a la chance d’être assise sur un aquifère : la nappe du Dogger, qui s’étend sur 15 000 kilomètres carrés et se situe entre 1 600 et 1 800 mètres de profondeur. L’eau y est saumâtre, chargée de minéraux, impropre à la consommation. Mais elle est naturellement chaude, entre 56 et 85 °C selon les zones. Pour peu qu’on sache l’extraire, voilà de quoi réchauffer les hivers franciliens. Le principe est aussi simple que ça. On creuse un puits pour ponctionner l’eau et on en prélève la chaleur avant de la rejeter dans la nappe une fois refroidie, à travers un autre forage : c’est un « doublet ». La géothermie a l’avantage de s’appuyer sur des techniques déjà largement éprouvées par l’industrie pétrolière. Mais alors que l’or noir plombe les bilans carbone, la géothermie ressemble à une énergie idéale : très peu d’émissions de gaz à effet de serre, pas de stockage nécessaire (le sous-sol y pourvoit), pas de transport ni de risque géopolitique (la ressource est là, sous nos pieds), pas de dépendance au climat ni aux saisons… C’est stable et « écologique », résume Violette. 

150 000 logements alimentés en Île-de-France

En France, deux aquifères sont particulièrement propices à la géothermie profonde : celui du Bassin parisien, qui s’étend bien au-delà de la capitale, de Reims à Tours, et celui du Bassin aquitain. Au-delà de ces deux zones, les sous-sols des fossés rhénan et rhodanien, de la Limagne (Massif central) et du Hainaut (dans le département du Nord) offrent aussi des ressources intéressantes. Mais c’est le Bassin parisien qui est le plus exploité – la densité de la population francilienne n’y est pas étrangère. « Il concentre le plus grand nombre de réseaux de chaleur urbains alimentés en géothermie d’Europe », relève Astrid Cardona Maestro, ingénieure Fonds chaleur géothermie à l’Ademe. C’est aussi sur cet aquifère qu’a été construite la première unité de géothermie profonde française, à Melun (Seine-et-Marne) en 1969. Depuis, le Dogger a pas mal été titillé : en Île-de-France, 37 installations géothermiques profondes alimentent l’équivalent de 150 000 logements. Si l’énergie est estampillée renouvelable, elle n’est pas pour autant infinie : en creusant trop au même endroit, on court le risque de trop refroidir la nappe, car une bulle froide se crée aux alentours du puits de réinjection. Par ailleurs, s’aventurer vers le centre de la Terre n’est pas sans risques : à Strasbourg, il y a quelques mois, l’origine d’une série de séismes a été attribuée aux forages géothermiques. 

Mais la technologie EGS (enhanced/engineering geothermal system ou géothermie « améliorée ») utilisée – qui permet de rendre exploitable l’énergie de réservoirs initialement peu développés – « est très différente de la géothermie “classique” », rassure Astrid Cardona Maestro. 

« Sur la durée, on s’y retrouve »

À Ivry-sur-Seine, la responsable du service énergie de la ville Aurélie Coluccia livre quelques pistes d’explication à cette faible popularité. L’aspect financier d’abord : la géothermie implique un investissement très élevé. À Ivry, la mise de départ du projet géothermique livré en 2017 s’est ainsi élevée à 28 millions d’euros, financée à hauteur de 6 millions d’euros par l’Ademe et la Région. « La Ville n’a pas les moyens d’investir autant d’argent. Nous sommes donc en délégation de service public : Engie se rémunère sur le prix des abonnements », précise Aurélie Coluccia. Ceux-ci ont fait l’objet de négociations avec la ville, pour garantir un prix raisonnable. Insuffisant, de l’avis d’une partie des Ivryens, qui ont observé des factures plus salées que prévues... « L’abonnement est plus cher qu’avec un chauffage au gaz par exemple, mais le prix de la chaleur est plus faible. L’un dans l’autre, et sur la durée, on s’y retrouve », défend Aurélie Coluccia. Cet investissement initial n’est pas sans risques : « Il n’y a pas de certitude à 100 % sur la température qu’on va trouver. » Si l’eau est plus froide qu’espéré, même d’un seul ou deux degrés, l’équilibre du projet est compromis, confirme Clément Boucher, ingénieur Géo­sciences chez Engie Solutions, en charge d’un forage mené jusqu’à fin octobre à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine). Un équilibre qui repose en partie sur la puissance publique : « La géothermie ne serait pas rentable sans subvention, contrairement à une chaufferie au gaz. Et il est difficile de convaincre les industriels de mener des projets sans rentabilité ! », pointe l’ingénieur. 

Autre élément qui joue en défaveur de la géothermie : l’implantation d’une nouvelle usine requiert une surface que n’ont pas forcément des villes déjà très urbanisées. Si en lui-même, le double puits (injection et production) occupe peu de mètres carrés, les travaux nécessaires au forage en exigent plusieurs milliers. Et dans les quartiers où la densité est forte, ils sont cher payés. À Rueil-Malmaison, l’usine a pris la place d'une ancienne école au cœur d’une zone de logements, qu’on a tenté d’épargner tant bien que mal des nuisances de ce chantier actif 24 h/24, trois mois durant. Un mur antibruit de 6 mètres de haut encercle la zone de 4 000 mètres carrés. S’il permet d’atténuer en partie le bruit des pompes et des gravats, il ne cache pas le mât de forage de 45 mètres fièrement dressé, à partir duquel descendent des dizaines de tubes métalliques progressivement entourés d’une gaine de ciment, jusqu’à 2 200 mètres de profondeur. « Dans trois mois, on ne verra quasiment plus rien », assure Clément Boucher... Et la géothermie redeviendra cette énergie silencieuse que pourront ignorer les habitants.


1,6 % de la production d’énergies renouvelables

À Ivry, les choses ont été plus simples : le développement d’un nouveau quartier au nord de la ville, encore peu construit, a offert l’opportunité foncière nécessaire. Depuis 2017, après plusieurs années d’études et de travaux (il faut s’assurer que la ressource en eau est exploitable), 12 kilomètres de tuyauterie souterraine relient désormais la centrale géothermique à plus de 8 600 logements. Pour l’année 2020, sur l’ensemble de la ville, le taux d’utilisation de la géothermie a atteint 50 %. « Avec le changement climatique, la géothermie est devenue un axe de développement important pour les collectivités », observe Clément Boucher. Il faut dire que même en tenant compte de la condition de ressource et de l’exigence du nombre (le coût de raccordement au réseau de chaleur est trop onéreux pour une maison individuelle), la marge de progression, en effet, est importante. Aujourd’hui, la géothermie ne représente que 1,6 % de la production d’énergies renouvelables en France. Et sur les quelque 37 millions de logements existants, seuls 200 000 sont chauffés grâce à la géothermie profonde. « La puissance publique doit encore mener un effort important pour sensibiliser la maîtrise d’ouvrage à cette énergie quasiment inépuisable ! », plaide Astrid Cardona Maestro. L’ingénieure salue une avancée : le renforcement du budget dédié au Fonds chaleur, mis en place en 2009, porté depuis deux ans à 350 millions d’euros par an. L’ambition : participer au financement d’une dizaine d’installations par an, contre quatre ou cinq actuellement. Et, in fine, participer à un mix énergétique moins carboné. Dogger, nous voilà.

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
NUMÉRO 54 : OCTOBRE-NOVEMBRE 2022:
Êtes-vous éco-anxieux ?
Lire le sommaire

Les derniers articles