A compléter

Cityscoot: les scooters en libre-service démarrent fort!

Vous avez sûrement déjà vu, dans les rues de Paris, ces petits scooters blancs équipés de tabliers bleus. Rien d'étonnant, ils sont plus de 1.000 en circulation dans la capitale, à Neuilly et à Levallois. Un parcours quasiment sans obstacle...

Cityscoot est le premier service de location de scooters électriques en libre-service, sans borne et sans abonnement. La société assure la recharge de ces deux-roues de 50 cm3, roulant à une vitesse maximale de 45km/h. Une application permet de localiser un scooter disponible près de vous. 500.000 trajets ont été comptabilisés depuis la création de l’entreprise en mars 2014 dont 80% depuis janvier. 80% des parcours font moins de 20 minutes. “Nous connaissons depuis janvier une forte croissance, on commence à nous voir” se réjouit Vincent Bustarret, le responsable du pôle marketing de Cityscoot. Cette visibilité accrue attire de plus en plus d’utilisateurs. 35.000 citadins ont ainsi recours aujourd’hui à ces scooters 100% propres. “On arrive à dépasser les huit locations par scooter et par jour”, ajoute-t-il.

L’objectif principal: optimiser l’utilisation des scooters

Grâce à ces bons résultats, le groupe peut espérer être rentable en 2018 sans changer ses tarifs, 0,28€ TTC par minute; d’autant plus que le coût des investissements de départ est relativement faible. Par chance, le vandalisme est aussi très limité. S’implanter dans d’autres villes paraît alors envisageable. Dès cet été, Boulogne-Billancourt sera rattachée au réseau Cityscoot. Milan et Turin devraient l’être en 2018. Toutefois, seules les villes “très denses” sont adaptées à ce service afin qu’il y ait suffisamment de rotation.

En attendant, le principal défi de l’entreprise est d’assurer sa “scabilité” en augmentant les locations. C’est-à-dire, en langage start-up: multiplier son volume d’affaires tout en confortant sa rentabilité. Afin de remplir cet objectif, 500 nouveaux scooters vont être mis à disposition d’ici le mois de septembre. L’accent sera mis également sur la logistique. Le but est de rapidement recharger les batteries vides. L’enjeu est de taille: “Notre service doit assurer 350 locations en même temps”, explique Vincent Bustarret. Dernier point important: l’expérience client. “Une nouvelle application avec plus de contenus va être créée, le parcours d’inscription, qui n’est pas d’une fluidité irréprochable, va être repensé. L’historique sera plus clair” affirme le CMO (Chief Marketing Officer), le responsable du marketing, Vincent Bustarret. Pour l’heure, il reste parfois compliqué de voir quel trajet correspond à quel prix.

Dès cet été, Cityscoot devra faire face à un concurrent. Il s’appelle COUP. Après avoir conquis Berlin, la filiale du groupe allemand Bosch va déployer 600 scooters électriques en libre-service, à Paris.

Crédits photos: Cityscoot

 

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
Numéro 41 AOÛT SEPTEMBRE 2020:
Qu'est-ce qu'on attend pour effacer la dette ?
Lire le sommaire

Les derniers articles