A compléter

Baptême de l'Energy Observer: le bateau qui fonctionne à l'eau de mer

L'Energy Observer, le premier bateau hydrogène a été baptisé le 6 juillet dernier à Paris. Il va effectuer un tour du monde d'une durée de six ans. Objectif: démontrer l'efficacité des énergies renouvelables auprès des citoyens, des industriels et des décideurs.

«L’ambition d’Energy Observer est de vaincre les scepticismes et c’est pour cela que j’ai choisi de les soutenir” s’est exclamé le parrain de l’expédition et ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot. Présent aux côtés d’Anne Hidalgo, la Maire de Paris, ils ont tous les deux inauguré le 6 juillet dernier ce bateau du futur capable de produire son propre hydrogène à bord, à partir de l’eau de mer.

Si le catamaran de 30 mètres de long surmonte ce challenge technologique, c’est grâce à l’utilisation de l’énergie solaire, éolienne et hydraulique. L’Energy Observer dispose en effet de 130 mètres carrés de panneaux photovoltaïques et de deux éoliennes à axe vertical. À cela, s’ajoute un cerf-volant de traction de type kite élaboré par la navigateur et le recordman Yves Parlier. Le kit alimente deux moteurs électriques convertibles en hydrogénérateurs. Ce mix énergétique permet au navire, construit en 1983 par l’architecte naval Nigel Arens, mais entièrement reconfiguré depuis, de produire de l’électricité en toutes circonstances. Indispensable étant donné le programme chargé de cette expédition.  
Les Sea Bubbles: un autre moyen de transport futuriste et écologique 

{$Element_embed_1}
6 ans, 101 escales, 50 pays  

Cette odyssée pour le futur a vocation à promouvoir dans 50 pays les énergies renouvelables, diffuser des contenus pédagogiques dans des écoles ou filmer des réserves de biosphère en réalité virtuelle. Dans cette mission, l’équipe de l’ancien bateau de course recevra le soutien de l’UNESCO. Bertrand Piccard, le copilote du Solar Impulse qui a offert le compas de son avion solaire à Victorien Erussard le capitaine de l’Energy Observer, résume bien l’idée de ce grand voyage. “L’aventure d’aujourd’hui ce n’est plus juste de conquérir de nouveaux territoires mais de changer le monde”, a-t-il déclaré avec enthousiasme lors du baptême.

Sensibiliser les populations aux enjeux environnementaux prend toute son importance à la lumière du rapport publié en novembre 2015 par la Banque mondiale. Selon l’agence spécialisée de l’ONU, plus de 100 millions de personnes pourraient basculer dans l’extrême pauvreté d’ici à 2030 si aucune action n’est prise pour freiner l’impact du réchauffement climatique.

En plus d'être équipé de panneaux solaires, ce bateau récolte le plastique

{$Element_embed_2}


Crédits photos: Calypso Vanier



 

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
Numéro 41 AOÛT SEPTEMBRE 2020:
Qu'est-ce qu'on attend pour effacer la dette ?
Lire le sommaire

Les derniers articles