Droit à la beauté

Adeline Baldacchino : en grève contre la mort

William Morris et Raoul Vaneigem
William Morris et Raoul Vaneigem

Face à un monde qui s’enlaidit de jour en jour et transforme chaque pan de nos existences en marchandise, l’écrivaine Adeline Baldacchino réaffirme le droit pour toutes et tous à la beauté. Rien de mièvre là-dedans, comme en témoignent les jalons posés par William Morris et Raoul Vaneigem qui, chacun à sa manière et à un siècle d’intervalle, ont dessiné à travers cette revendication un véritable horizon politique du bonheur.

 « Je crois à une politique de la beauté / elle serait devant les êtres et les choses / non pas seulement le mot juste / mais son frisson de feuillage sous l’averse» Laissons les premiers – et même bientôt les derniers – mots au poète, ce sera plus simple pour commencer : car, de nos jours, il faut beaucoup aimer les oxymores pour oser rêver d’une politique de la beauté, a fortiori d’un droit à la beauté. On entend de loin s’esclaffer les âmes grises et les désabusés de l’émerveillement. La politique serait chose bien trop sérieuse pour la laisser aux artistes ; la poésie ne concernerait que les adolescents boutonneux et les professeurs de lettres. Quant à la beauté, qu’on la laisse aux musées, aux touristes, aux désœuvrés du dimanche et aux dandys esthètes. Voici ce que nous chuchote la doxa de l’époque, sourire ironique en coin et mépris en bandoulière. 

Article issu de notre hors-série « Comment nous pourrions vivre », avec en rédactrice en chef invitée Corinne Morel Darleux. Disponible sur notre boutique.


Cet article est réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro pdf "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
NUMÉRO 54 : OCTOBRE-NOVEMBRE 2022:
Êtes-vous éco-anxieux ?
Lire le sommaire

Les derniers articles