A compléter

[Vidéo] Faso Soap, un savon pour sauver "100 000 vies"

En Afrique subsaharienne, 1000 personnes meurent chaque jour à cause du paludisme. Parmi les principales victimes : les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes.

Ce n’est pas un savon comme les autres. Celui que Gérard Niyondiko conçoit depuis 2013 -Faso Soap- a des propriétés répulsives permettant de se protéger des moustiques porteurs du paludisme. Gérard Niyondiko a ainsi lancé une campagne “100 000 vies”, en référence au potentiel impact de ce savon qui sera vendu dans quelques années.



Dans ce cadre, de nombreuses interviews et articles ont été réalisés pour promouvoir le projet à l’international. Mais quel a été l’impact de cette hyper médiatisation ? “La couverture médiatique en France a effectivement beaucoup contribué pour trouver des financements et de nouveaux partenaires”, se félicite l’entrepreneur. Pas sans points noirs cependant : “certains journalistes ont publié des articles en ramassant à gauche et à droite des informations sur notre projet qui étaient incorrectes. Cela ne nous a pas toujours servi car il y avait des erreurs par rapport à la réalité”. 

L’équipe a par exemple été excessivement sollicitée par des structures qui pensaient que le savon était déjà prêt à être vendu, alors l’entreprise est encore en phase de recherche.

Maxime Delacourt et Simon Chaillou, étudiants ingénieurs de Grenoble, sont partis 5 mois en Afrique de l'Ouest à la rencontre d'entrepreneurs sociaux inspirants pour partager leurs solutions et leur histoire avec les étudiants africains. Ainsi, l'équipe de Ricochets réalise des supports de cours et des ateliers à destination des écoles d'ingénieur et de commerce partenaires  dans la région. 

Si vous l'avez raté...

{$Element_embed_1}

 

 

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
Numéro 41 AOÛT SEPTEMBRE 2020:
Qu'est-ce qu'on attend pour effacer la dette ?
Lire le sommaire

Les derniers articles