A compléter

Tous azimuts

Une voiture autonettoyante, des « fourmis-robots », le retour de la grenade française, les nouvelles expertes du numérique... Découvrez notre revue du web hebdomadaire.

Fourmis-robots

Des micro-robots qui imitent la manière dont les fourmis travaillent ? C’est ce qu’ont inventé les chercheurs du SRI International, un centre de recherche américain dédié à l’innovation. Plus petits qu’un ongle, ces micro-robots sont pilotés à distance par un logiciel utilisant une technologie baptisée Diamagnetic Micro Manipulation. Très rapides, ces « fourmis-robots » peuvent servir à l’assemblage électronique de haute précision, à la biotechnologie ou encore à l’assemblage de systèmes mécaniques dans des environnements dangereux pour l’Homme.

À lire sur Dvice
(Photo © SRI International)


 Rien « sur » le capot

Le rituel dominical du lavage de voiture pourrait bien devenir de l’histoire ancienne. Une équipe d’ingénieurs de la marque automobile Nissan a mis au point une peinture de carrosserie totalement hydrophobe et oléophobe : l’eau, l’huile, la boue, les alcools et hydrocarbures glissent au contact de ce revêtement novateur, ce qui permet au véhicule de s’autonettoyer. Si cette technologie inspirée de la nature n’est pas nouvelle – les écrans d’iPhone et certains murs de bâtiments en sont déjà équipés – son application à la carrosserie automobile est une première.

À lire sur Wired
(Photo © Nissan)


 Success story fruitée

Jean-Claude Peretto, directeur commercial, s’est fait licencier quelques années seulement avant de prendre sa retraite. Alors conscient que ses perspectives de réembauche sont faibles, il se lance dans une nouvelle activité beaucoup plus proche de sa passion : la jardinerie. Après avoir passé son brevet d’exploitant agricole, il étudie le secteur du maraîchage en France. Il constate alors que la grenade n’est plus cultivée dans l’Hexagone depuis le début du XXe siècle. Il ne lui en faut pas plus pour créer, à presque 60 ans, la première grenadière bio de France. Après des débuts difficiles, son exploitation est devenue leader dans le pays. Une success story qui a inspiré d’autres agriculteurs et permis de créer des emplois.

À lire sur Reporterre
(Photo © DR)


Expertes et fières de l’être

« Mettre en avant les femmes expertes du monde du numérique », tel est le but affiché par les deux fondatrices de Girlz in Web. Créée il y a un peu plus de trois ans, cette association est née du constat suivant : les femmes qui font carrière dans le secteur du numérique sont trop rarement sollicitées pour partager leur expertise. L’objectif de Girlzinweb.com est double : d’une part, mettre en lumière le parcours de femmes du monde du numérique avec des interviews, des portraits et des tribunes, et d’autre part, mettre en réseau les professionnelles de ce secteur. Toutefois, comme le précisent les initiatrices du collectif, « Girlz In Web n’est pas une association réservée aux femmes, (...) l’objectif est la mise en avant des carrières féminines dans les métiers du numérique – nuance : une mission pour laquelle les appuis masculins sont évidemment les bienvenus ! »

Le site de Girlzinweb

Supplément d’information sur La Croix.fr
(Photo © DR)


 Crowdfunding agricole

On ne compte plus le nombre de plateformes de financement participatif qui naissent chaque mois. À coté des « généralistes », il y a les « spécialistes » : c’est par exemple le cas de AG funder, qui propose aux professionnels de l’agriculture d’investir dans des start-up ou des projets innovants de ce secteur. Cette plateforme de financement participatif est la première du genre. Elle permettra à des entreprises agricoles de taille moyenne d’être financées par des acteurs connaissant bien la réalité du terrain.

Le site officiel de AG funder
(Photo © DR)

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
Numéro 41 AOÛT SEPTEMBRE 2020:
Qu'est-ce qu'on attend pour effacer la dette ?
Lire le sommaire

Les derniers articles