A compléter

Société civile, acteurs publics et privés : tous acteurs de la transition des villes !

Préservation des ressources naturelles, accès aux services, les enjeux de la transition des villes sont nombreux. Les acteurs publics ont bien sur un rôle fondamental à jouer. Mais ce ne sont pas les seuls : secteur privé mais aussi membres de la société civile sont invités à se saisir de ces sujets. Point de vue de deux directrices de Mastères à HEC Paris à l'occasion de la conférence-événement sur les alliances pour des villes en transition.

Les villes concentrent 50% de la population mondiale et émettent 70% des émissions de gaz à effet de serre. L’impératif de neutralité carbone leur impose de réduire de plus de 80% leurs émissions dans les 30 prochaines années et de développer des modèles allégeant drastiquement la pression exercée sur les ressources naturelles, tout en assurant un accès pour tous aux biens et services essentiels. Comment croire en effet que nous pourrons continuer à voir cohabiter, de manière pacifique, des quartiers de très grande pauvreté et des quartiers de grande opulence? Des quartiers ghettoïsés, isolés des poches d’activité et d’emploi?

Face à ces défis, un véritable changement de paradigme dans la manière de concevoir et transformer les villes est en marche : rénovation massive du parc bâti existant, quartiers connectés et producteurs d’énergie renouvelable partagée sur des réseaux locaux ; développement des mobilités douces et partagées, reconversion des véhicules thermiques, mais aussi relocalisation du travail proche du domicile ; évolution de nos modes d’alimentation, moins carnés et en circuits courts ; transformation de nos modes de consommation… Et ce, avec une approche inclusive, investissant massivement sur le développement des capacités de tous, et favorisant la mixité sociale et l’accès au travail.

La stratégie de neutralité carbone de la Ville de Paris, co-rédigée par Julien Dossier, fondateur de Quattrolibri et professeur à HEC Paris dans le Master en Développement durable et Innovation sociale, montre ainsi la nécessité d’une approche systémique, soulignant les interactions entre les différents chantiers de la ville en transition. Celle-ci met également en lumière l’importance d’une mobilisation conjointe et coordonnée de l’ensemble des acteurs.

La société civile d’abord, sans laquelle il n’y a pas de transition possible dans un contexte démocratique. Rob Hopkins, fondateur du Mouvement des Villes en Transition, appelle ainsi les communautés à se réapproprier la vision et la construction de leurs villes et quartiers ; à reprendre en main localement la production de leur alimentation, de leur énergie, des services locaux. Un mouvement viral créé en 2005 au Royaume-Uni qui s’est étendu à des milliers de communautés dans le monde.

Les acteurs publics bien-sûr ont un rôle fondamental d’adaptation de la réglementation et de la fiscalité aux impératifs de la transition et d’orientation des investissements dans ce sens. Avec un mode d’action qui favorise l’expérimentation et l’évaluation de son impact, avant un déploiement à grande échelle.

Les acteurs privés et financiers, appelés à déployer des modèles économiques collaboratifs, circulaires, et inclusifs : l’Action Tank Entreprise et Pauvreté, par exemple aide les entreprises à expérimenter de nouveaux modèles économiques pour donner accès à tous aux biens et services essentiels. Ainsi le programme Mobiliz de Renault offre une location de longue durée de véhicules faiblement émissifs à un prix très réduit à des salariés ou entrepreneurs à faible revenu qui ont besoin d’une voiture pour leur travail. Ces modèles appellent souvent la mise en place de modes de gouvernance hybrides permettant la collaboration entre entreprises, start-ups, acteurs publics, et associations. En matière d’accès non pas seulement aux biens et services mais aussi au travail, l’Action Tank explore aussi des modèles associant plusieurs entreprises dans l’accompagnement de personnes éloignées de l’emploi. Un champ immense d’entrepreneuriat et d’innovation comme en témoigne l’entreprise sociale Lulu dans ma rue, qui réinvente la conciergerie de quartier pour revaloriser les métiers à faible qualification, permettant à des personnes éloignées de l’emploi de développer une activité économique, tout en recréant du lien social.

Certains territoires mettent en place des modèles plus approfondis de collaboration, co-création et mutualisation des ressources. Les projets de Troisième Révolution Industrielle inspirés par Jeremy Rifkin en Hauts-de-France ou au Luxembourg offrent des exemples inspirants de ce type de coalition et mettent en lumière certaines clés de succès : la co-construction d’une vision positive et d’une feuille de route partagée entre les différents acteurs ; la mise en place d’une gouvernance adaptée, de groupes de travail tournés vers l’action sur chaque axe d’innovation, et la création d’une organisation facilitant le partage de données, d’informations, d’expériences. La création d’outils de financement innovants : en Hauts-de-France, un fonds d’investissement dédié doté de 50 millions d’euros, un livret d’épargne “Rev 3” (14 millions d’euros) ou le crowdfunding sont autant d’outils qui permettent de mobiliser tous les habitants dans la démarche de façon très concrète. Et enfin l’inclusion dans la démarche des écoles, centres de formation et Universités, apportant l’énergie et les compétences au projet dans la durée.

Fort de son Centre de recherche et d’enseignement Society & Organizations (SnO) qui s’intéresse aux grand défis contemporains, HEC Paris organise sa conférence-événement sur les alliances pour des villes en transition en partenariat avec Julien Dossier, fondateur de Quattrolibri et co-auteur de la stratégie neutralité carbone de la ville de Paris.

Ateliers collaboratifs et conférences le 19 octobre de 14H à 22H sur le campus d’HEC Paris

Information et inscription : https://www.hecparistransitioncities.com/

 



Fort de son Centre de recherche et d’enseignement Society & Organizations (SnO) qui s’intéresse aux grand défis contemporains, HEC Paris organise sa conférence-événement sur les alliances pour des villes en transition en partenariat avec Julien Dossier, fondateur de Quattrolibri et co-auteur de la stratégie neutralité carbone de la ville de Paris.

Ateliers collaboratifs et conférences le 19 octobre de 14H à 22H sur le campus d’HEC Paris

Information et inscription : https://www.hecparistransitioncities.com/


Les auteurs



Bénédicte Faivre-Tavignot est co-fondatrice et directrice de la Chaire “Social business / Entreprise et pauvreté”, et du Mastère HEC “Management du développement durable / Sustainability and Social Innovation”, créés respectivement en 2008 et 2003. Elle est depuis octobre 2013 directrice exécutive du Centre Society & Organization, chargé d’intégrer l’innovation sociétale dans l’enseignement d’HEC. 


Lise Penillard est directrice du Mastère en Développement Durable et Innovation Sociale à HEC Paris et est responsable pour les programmes pédagogiques liés à l'entrepreneuriat social dans l'école. Avant de rejoindre HEC, elle était directrice de Planète d’Entrepreneurs (2012-2014)



Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
Numéro 41 AOÛT SEPTEMBRE 2020:
Qu'est-ce qu'on attend pour effacer la dette ?
Lire le sommaire

Les derniers articles