Les apprentis sorciers du climat

Réparer la planète… pour mieux la détruire ?

© Clara Dupré

Injecter du carbone au fond de l’océan, pulvériser du soufre dans l’atmosphère… La géo-ingénierie se donne pour mission de réparer le climat grâce à la technologie. Ce courant qui passait au début pour fantaisiste s’invite dans le débat à mesure que l’urgence croît et que les sommets internationaux échouent. Au point que, désormais, la géo-ingénierie apparaît à de plus en plus de décideurs comme un séduisant « plan B » pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Les cirrus forment peut-être de poétiques cheveux d’ange, mais ils posent un problème. Ces nuages de haute altitude qui recouvrent près de la moitié du globe empêchent une partie de la chaleur terrestre de s’échapper. À leur façon, ils participent donc au réchauffement climatique… Et si, pour refroidir la Terre, on s’en débarrassait ? Cette éventualité a été très sérieusement développée en 2009 par deux chercheurs américains dans un article publié dans la revue Environmental Research Letters. William Finnegan et David Mitchell proposent de modifier l’organisation des cristaux de glace qui composent les cirrus via l’injection d’un produit chimique – le triiodure de bismuth –, afin d’accélérer l’agrégation de cette glace. Cela aurait pour effet de les faire disparaître plus rapidement et donc, à grande échelle, de diminuer le nombre de cirrus dans le ciel. Quant à la méthode pour injecter autant de triiodure de bismuth dans l’atmosphère, les auteurs en suggèrent une « relativement peu coûteuse » : utiliser les avions. Adieu donc le flygskam, cette « honte de voler » qui sévit en Suède : avec une telle méthode, la honte serait plutôt de ne pas prendre l’avion. Sûrs de leur fait – et éludant les effets encore méconnus des cirrus sur la réflexion des rayons solaires et l’absorption des radiations thermiques –, William Finnegan et David Mitchell notent seulement que le défaut majeur de leur proposition est de ne pas stopper l’acidification des océans....

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

* Accès à tout le site pendant 7 jours
* Le numéro "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier