Solidarités locales

À Dijon, une « Zone d'Écologies Communale » en lutte

Photo : Salomé Fournet-Fayas

À Dijon, le quartier libre des Lentillères s’est installé sur des terres maraîchères qui appartiennent aujourd’hui à la métropole. Dans cet îlot illégal menacé par la bétonisation, on invente de nouvelles façons de vivre ensemble, mais aussi d’aménager et de défendre un territoire.

Au milieu des immeubles et des pavillons, on devine à peine le triangle vert qui s’étend sur 8,5 hectares. En pénétrant le quartier libre des Lentillères, dans le sud-est de Dijon, on arpente un dédale de sentiers bordés de potagers, d’arbres, de maisonnettes et de caravanes. En 2010, ces terres maraîchères abandonnées sont réinvesties par un groupe de militants qui font sortir de terre le Pot’Co’Le, le potager collectif des Lentillères, qui offre à qui veut la possibilité de cultiver un bout de terre. Mais très vite, un projet d’écoquartier, porté par la métropole, menace de manger une bonne partie de ces parcelles. Les Lentillères deviennent alors un symbole de défense des terres maraîchères contre la bétonisation.

Article à retrouver dans notre hors-série « Ces terres qui se défendent », disponible sur notre boutique (Livraison offerte). 


Porté par cette dynamique, le quartier s’agrandit. « On n’a pas occupé 8,5 hectares d’un coup », se souvient Emma 1, qui vient gratter la terre ici depuis 2016. Au fil des années, les parcelles se sont multipliées et étendues à des terrains rachetés par la métropole dijonnaise. Certains volontaires ont créé...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

Débloquez l'accès en vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro pdf "À quoi devons-nous renoncer ?" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 6€/mois

S'abonner
Numéro 56
NUMÉRO 56 : FÉVRIER-MARS 2023:
Géo-ingénierie, c'est parti ?
Lire le sommaire

Les derniers articles