Entretien

Carlotta Benvegnù : « Le pouvoir ouvrier contre le capitalisme logistique »

Photo : Cha Gonzalez

Depuis les années 1980, l’industrialisation de la logistique a entraîné une hausse rapide du besoin en ouvriers confrontés à des conditions de travail extrêmement pénibles et précaires. Pour la sociologue du travail Carlotta Benvegnù, spécialiste du monde des entrepôts, il y a là une faille dans le capitalisme logistique, qui doit faire face au développement de nouvelles formes d’organisation collective et syndicale.

Qui sont les travailleurs de la logistique ?

La logistique au sens large est un monde très hétérogène, avec des personnes travaillant à la fois dans les ports, dans le transport routier et maritime, mais aussi très souvent dans des entrepôts de la grande distribution, du e-commerce, de la messagerie. Ils sont aujourd’hui environ 800 000, et même 1,5 million en comptant le transport. 80 % sont des hommes, pour la plupart racisés, et la grande majorité sont des ouvriers. En 2021, 13 % des emplois ouvriers en France relevaient ainsi du secteur de la logistique, contre seulement 8 % dans les années 1980.

Entretien issu de notre numéro 58 « L'empire logistique », en kiosque, librairie et sur notre boutique.


Dans les entrepôts, où il n’existe que très peu de métiers qualifiés, 80 % du travail relève de la manutention. On y trouve des caristes, des agents de tri, des préparateurs de commandes qui prennent en charge les palettes de produits… Des métiers qui, jusqu’à la crise du Covid-19, étaient très invisibilisés. Et ce alors qu’en France, en 2021, le secteur...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

Débloquez l'accès en vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro pdf "À quoi devons-nous renoncer ?" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 6€/mois

S'abonner
NUMÉRO 59 : AOÛT - SEPTEMBRE 2023:
Sabotage : on se soulève et on casse ?
Lire le sommaire

Les derniers articles