A compléter

Piège à humidité : le château d'eau fait sa révolution

Chaque semaine, nous sélectionnons une initiative qui change le monde. Aujourd'hui, découvrez WarkaWater, une tour en bambou un peu spéciale qui transforme l'humidité de l'air en eau potable.

Dans quelques années, de hautes tours de bambou pourraient bien habiller un certain nombre de villes et villages en Ethiopie. Si on peut apprécier l’élégance de ces sculptures, c’est bien pour leur utilité qu’elles ont été imaginées et assemblées par l’architecte et designer Arturo Vittori. La fonction du WarkaWater est de répondre à l’un des principaux fléaux de la Corne de l’Afrique : la pénurie d’eau.

 

Inspiré par les Warkas, des arbres gigantesques en Ethiopie… en voie d'extinction

Dans le monde, 706 millions de personnes n’ont pas d’accès à l’eau potable. Un problème alarmant responsable de la mort de 1 400 enfants de moins de 5 ans chaque jour, forcés de boire de l’eau contaminée, vecteur de bactéries et de maladies. Il faut savoir également que femmes et enfants doivent marcher des heures dans les régions montagneuses en Ethiopie afin de trouver un point d’eau, souvent de mauvaise qualité.

C’est lors d’un voyage en Ethiopie en 2012 qu’Arturo Vittori a pris conscience de cet enjeu national. Sa solution ? La conception d’une sorte de panier de 9 mètres, très peu coûteux (environ 500 euros), fait à partir de matériaux locaux, et capable de collecter 20 à 30 litres d’eau par jour, d’après son concepteur. Le principe est simple : l’eau est récupérée par un processus de condensation et de vaporisation. Et lorsque l’on sait que dans les régions les plus touchées, l’humidité peut atteindre 20 % de l’air, on a le droit de s’attendre à des résultats convaincants. Mais surtout, c’est la facilité d’assemblage du WarkaWater qui retient l'attention. Pas besoin d’électricité ni de connaissances d’experts pour le monter. Après avoir présenté son projet à la Biennale de Vennise il y a deux ans, Arturo Vittori compte bien installer deux premières tours d’eau en Ethiopie d’ici 2015.

© 2012 Architecture and Vision

En partenariat avec



Sparknews est une entreprise sociale qui source les projets innovants et positifs via sa plateforme vidéo, et les partage grâce à ses opérations éditoriales internationales (L’Impact Journalism Day).

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
Numéro 41 AOÛT SEPTEMBRE 2020:
Qu'est-ce qu'on attend pour effacer la dette ?
Lire le sommaire

Les derniers articles