A compléter

mPedigree : halte aux faux médicaments

L'application mPedigree contribue à lutter contre les médicaments contrefaits, véritable fléau en Afrique : grâce à un code transmis par SMS, elle permet de certifier la provenance des médicaments.

La contrefaçon de médicaments cause la mort de 100 000 personnes par an en Afrique, le continent le plus touché par ce phénomène. Alors, pour endiguer cette épidémie, un entrepreneur social ghanéen, Bright Simons, a créé en 2007 un service peu coûteux (“low tech”), qui permet de vérifier si un médicament est légitime ou non : mPedigree.

Rien de plus simple : il suffit d’envoyer un SMS (gratuit) avec le code à 12 chiffres de la boîte du médicament. mPedigree le retransmet aux industries pharmaceutiques (comme Sanofi-Aventis par exemple) qui prennent en charge le coût du texto.



En retour, l’utilisateur reçoit une réponse : “OK, genuine medecine”, ou “NO, code is not a valid code”. Pour mettre en place son projet, Bright Simons a noué des partenariats avec les industries pharmaceutiques et informatiques, les instances gouvernementales de santé et des opérateurs de télécommunication, africains ou internationaux comme Orange Kenya.


Un enjeu de santé publique

Selon mPedigree, entre 30 et 50 % des médicaments vendus en Afrique sont faux. Un phénomène qui aggrave une situation déjà difficile, l’accès aux médicaments étant problématique sur le continent. La lutte contre les faux médicaments est donc un véritable enjeu de santé publique.

Depuis 2008, le système mPedigree, qui a remporté le Grand Prix Netexplorateur 2011, a été déployé au Ghana, au Kenya, au Nigeria et en Inde. Il est aussi testé au Bangladesh, en Afrique du Sud, en Ouganda, en Tanzanie et bientôt au Cameroun.


Et mPedigree ne devrait pas se limiter aux médicaments : de nouvelles applications seraient en cours de développement, affirme Bright Simons au Technology Review, pour vérifier l’authenticité des produits cosmétiques, ou encore des semences, elles aussi touchées par la contrefaçon.

 

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
Numéro 41 AOÛT SEPTEMBRE 2020:
Qu'est-ce qu'on attend pour effacer la dette ?
Lire le sommaire

Les derniers articles