A compléter

Les salariés souhaitent plus de RSE pour devenir "acteurs du changement"

Une étude récente sur l'impact environnemental et social des entreprises démontre que 78% des salariés attribueraient une place de plus en plus importante à la RSE aujourd'hui. Et souhaiteraient davantage s'impliquer. Au rapport.

La responsabilité sociale et environnementale (RSE) se traduit par l’application d'un certain nombre de principes éthiques et de développement durable par les entreprises, multinationales cotées comme PME. Ce concept suppose qu'elles intègrent dans leurs activités des préoccupations et initiatives d'ordre social, environnemental et économique.
Quel est l’impact de la responsabilité sociale et environnementale sur les entreprises aujourd’hui ? Qui devrait en porter les projets ? Que pensent les salariés des questions de RSE ? Un baromètre* réalisé par Des enjeux et des hommes, Ekodev et Mindded, en partenariat avec ViaVoice, fait l'état des lieux.

Le manager en première ligne pour incarner les projets

Les salariés accordent de plus en plus d'importance à la quête de sens et à l’impact social et environnemental de leur entreprise. 78% des salariés interrogés estiment que les questions de RSE méritent «une place importante» au sein des sociétés. Les auteurs observent que celle-ci «nourrit la vision de l’entreprise et renforce l’adhésion». En effet, 83% des salariés d'entreprises engagées dans des actions de RSE disent «adhèrer à la vision d'avenir» de leur entreprise. Ce chiffre tombe à 60% pour les entreprises qui ne semblent pas engagées en RSE. Une obsversation qui se traduit aussi dans la quête de sens et d'actions des collaborateurs eux-mêmes : près de 60% des salariés souhaiteraient être impliqués dans des initiatives de leur entreprise en matière de RSE. Alors que seuls 6% des salariés sont déjà impliqués dans ce type d'initiatives. 

Si les employés devaient nommer un leader pour incarner la RSE dans leur société, ils aimeraient que ce soit leur «manager direct», étant lui-même perçu comme un «acteur clé du changement».




S’impliquer pour être «acteur du changement»

Pour une majorité de salariés, la responsabilité sociale et environnementale a également un impact profond en interne. D'après 68% d'entre eux, la RSE tend à «modifier les comportements dans le travail», avant de «faire évoluer les outils en interne» (66%), ou de «générer des gains de performance pour l’entreprise» (65%). Une RSE active peut donc avoir des effets positifs en termes d'organisation, de management et de business. 73% des personnes interrogées pensent que la RSE «permet d'améliorer leur niveau global de performance» au sein de l’entreprise. Ce chiffre monte à 86% dans les entreprises déjà engagées en matière de RSE. 

S'il reste de nombreux chantiers à mener pour les entreprises, celui d'une meilleure information des salariés ressort comme prioritaire: 74% d'entre eux souhaiteraient être davantage informés sur les actions RSE de leur entreprise, ce qui les inciterait, selon eux, à davantage s'impliquer. Selon l’étude, une grande partie d'entre eux le ferait pour devenir «acteur du changement, contribuer au développement, à l’effort», mais aussi pour «proposer des idées et innover». 83% des répondants souhaiteraient voir se développer la thématique des relations et conditions de travail, avant celle des droits de l’Homme (55%) ou de la gouvernance et l’organisation (54%).

Alors que la COP21 s’ouvre à Paris le mois prochain, les auteurs observent cependant que, pour les salariés, «les questions environnementales préoccupent (toujours) moins que les questions sociales». 

 

_______ 

*Enquête réalisée auprès d'un échantillon de 1 001 personnes travaillant en France métropolitaine, représentatif des salariés entreprises privées (90%) et publiques (10%) de 250 salariés et plus.

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
Numéro 41 AOÛT SEPTEMBRE 2020:
Qu'est-ce qu'on attend pour effacer la dette ?
Lire le sommaire

Les derniers articles