Troubles psychiques et solidarité

La Maison Perchée : S'entraider pour se rétablir

Ouvert en 2023 à Paris, ce lieu dédié aux jeunes vivant avec des troubles psychiques repose sur la « pair-aidance ». Une pratique fondée sur l’entraide de plus en plus mobilisée en psychiatrie.

En ce matin d’automne, deux touristes papotent en anglais à la terrasse d’un café du 11e arrondissement parisien, à première vue comme les autres. La localisation de la Maison perchée, sur la passante avenue de la République, est un choix stratégique.« On voulait être visible, attirer les gens du quartier, les passants… pour faire de la déstigmatisation », explique Lucille Zola, présidente de l’association. En faire aussi un endroit ouvert à tous, pas un « entre-soi ». Et « la rencontre est le moyen le plus efficace pour combattre les idées reçues ». Affichées en gros caractères sur un mur, des statistiques en démontent quelques-unes : « 3 personnes sur 4 estiment que les personnes vivant avec un trouble psychique représentent un danger, alors que seuls 3 à 5 % des actes de violence sont attribuables à un trouble psy. » 

Au-delà d’un café ouvert le matin, la Maison perchée est d’abord une communauté (physique et virtuelle) d’entraide associative et non médicalisée pour les jeunes de 18 à 40 ans concernés par la schizophrénie, le trouble de la personnalité borderline (TPB) ou la bipolarité. Son but : être la brique manquante de la psychiatrie pour accompagner les jeunes qui sortent d’hospitalisation vers le rétablissement, à savoir le fait d’accepter son trouble et de vivre avec de façon épanouie. Cet endroit, Maxime Perez-Zitvogel l’a imaginé à l’hôpital, après avoir reçu le diagnostic...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

Débloquez l'accès en vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro pdf "À quoi devons-nous renoncer ?" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 6€/mois

S'abonner
NUMÉRO 62 : FÉVRIER -MARS 2024:
L'écologie, un truc de bourgeois ?
Lire le sommaire

Les derniers articles