Aires protégées

L'ère des managers verts

Photo : Lilian Cazabet / Hans Lucas

Fleuron de la protection de la nature « à la française », les parcs nationaux fournissent à leurs visiteurs l’expérience contemplative de paysages immuables, pittoresques et paisibles. En coulisse, de fréquents conflits opposent pourtant ceux qui veulent exploiter la nature et ceux qui entendent la préserver en l’administrant. Au risque de faire parfois passer les intérêts du vivant au second plan.

Dès les premières secondes, la vidéo touche sa cible : le citadin en mal de nature. « Ce parc, je le vois comme une opportunité de se rappeler qu’il y a des choses incroyablement belles qui sont là, à quelques kilomètres de chez nous », s’émerveille un narrateur invisible, couvrant de sa voix des notes de piano mélodramatiques tandis que s’enchaînent, à l’écran, les travellings de drones, les champignons en croissance accélérée et les gros plans de renardeaux. La biodiversité dans toute sa splendeur, servie sur un plateau, « seulement à trois heures de Paris ». Objet de ce film promotionnel, le parc national de forêts a été inauguré en novembre 2019 sur quelque 240 000 hectares à cheval entre la Bourgogne et la Champagne. Dix autres parcs nationaux, qui accueillent chaque année plus de six millions de visiteurs , ont été fondés avant lui, dont certains prestigieux, comme celui des Cévennes créé en 1970 et classé patrimoine mondial par l’Unesco. Pour valoriser les parcs nationaux de France, l’établissement public s’est même doté, en 2015, d’un label destiné aux produits et services proposés dans l’enceinte de ces espaces naturels protégés : confitures bio, jouets en bois, gîtes et guides du cru estampillés « Esprit parc national » (« une marque inspirée par la nature ») nous promettent un voyage inoubliable, un bol d’air...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

* Accès à tout le site pendant 7 jours
* Le numéro "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier