A compléter

Jeune et malin: il veut diminuer le gâchis alimentaire avec...une glacière.

Un challenge a été lancé aux étudiants du MIT: trouver une solution pouvant améliorer la vie d'un milliard de personnes. Quelques mois plus tard, le réfrigérateur mobile qui fonctionne sans électricité est né. Combien seront-ils à voir leur vie changer? Et d'où viennent-ils?

Parfois, la meilleure manière d’inventer est de savoir remonter le temps. C’est au MIT que Quang a eut l’ingénieuse idée d’inventer, ou plutôt de réinventer, un réfrigérateur portatif qui fonctionne sans électricité. Il l’a nommé Evaptainers. À première vue, l'objet ressemble surtout à une banale glacière en polyester qui ne mérite pas notre attention. Son génie est pourtant dans la matière et le design, brillant de simplicité. Explications. 

Lutter contre le gâchis alimentaire dans les pays en développement

Brainstorming. Par ses voyages et sa formation en développement international, Quang a été sensibilisé à un problème majeur: le gâchis alimentaire dû à la rupture de la chaîne du froid dans les pays où l’accès à l’électricité est problématique. C’est une difficulté qui touche particulièrement les zones rurales africaines. “Selon la FAO, 45 % des aliments frais se perdent avant d’avoir été consommés. En Afrique, cela équivaut à 4 milliards de dollars par an” indique Yassine, le directeur marketing de l'entreprise Evaptainers. Le Maroc, par une politique axée autour du développement durable et des énergies propres, s’est rapidement illustré comme le pays idéal où expérimenter ce nouveau frigo destiné aux petits cultivateurs et aux foyers non raccordés au réseau électrique.


Le refroidissement par évaporation, une méthode ancienne

L’evaptainer utilise la méthode du refroidissement par évaporation dont on retrouve des traces anciennes de part et d'autres du continent. On peut même remonter jusqu'à l'Égypte des pharaons ! 
De manière simplifiée, cette méthode necessite deux récipients l'un dans l'autre, de l'eau entre les deux et, de la chaleur pour permettre son évaporation, source de fraîcheur. La Kabhia, jarre marocaine, utilise ce mécanisme. Mais Quang et ses coéquipiers, sept au total, voulaient remettre le procédé au goût du jour, le moderniser par de nouveaux matériaux rendant possible son industrialisation.

 

Plusieurs prototypes ont été essayés. Le premier à être testé au Maroc demandait 6 litres d’eau pour fonctionner, ce qui était bien trop, surtout dans les zones sèches. S’ensuit une nouvelle période de recherche pour en arriver à la dernière version; seulement un demi-litre d’eau pour deux jours est alors nécessaire. La conservation d’une tomate peut être prolongée de 2 à 20 jours. En effet, l’Evaptainer abaisse la température de 15 à 20 degrés par rapport à l’environnement extérieur. En plus des aliments frais, ce réfrégirateur permets conserver des médicaments. Son design, pliable et léger, facilite son transport et offre une contenance de 60 litres.

Le produit cartonne...dans les pays riches!

300 familles vont tester l'Evaptainer courant 2017, et leurs retours orienteront la commercialisation du produit prévue pour l’hiver.

La production est effectuée en Chine, car le coût de production au Maroc ou au Etats-Unis est trop élevé. Au Maroc, il y a un seul concurrent qui s'appelle Fresh it, assure Yassine, mais sa production en argile le rend moins pratique et moins contenant. On notera tout de même que l'argile est plus écologique et favorise l’économie locale, au contraire du matériau utilisé pour fabriquer l'Evaptainer. Ou du moins, c'est le cas pour l’instant. 

Les freins à sa commercialisation concernent avant tout l’aspect financier. Bien qu’ayant remporté des prix internationaux, Evaptainer a perçu peu d’aides financières. Et pour l’instant, une large part des commandes —1000 plus précisément— proviennent de particuliers européens ou américains : des campeurs, randonneurs, sportifs...
La commercialisation au Maroc se fait via la bouche à oreille et l’estimation est assez floue. Aujourd'hui, un frigo Evaptainer coûte 30€, or, le salaire moyen en milieu rural est de 120€ à 200€. Un retour sur investissement a été calculé à 10 mois pour une durée de vie de 4 ans. Pour réduire le coût d’achat des personnes dans le besoin, l’équipe songe à augmenter le prix de vente dans les pays au Nord afin de compenser le manque à gagner dans les pays du Sud. 

À terme, l’ambition de l’entreprise reste d’établir divers partenariats et d’agrandir le marché à des fins solidaires. La Somalie et l’Algérie sont les prochains marchés visés.


 

 

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
Numéro 41 AOÛT SEPTEMBRE 2020:
Qu'est-ce qu'on attend pour effacer la dette ?
Lire le sommaire

Les derniers articles