Réchauffement et montée des eaux

La géo-ingénierie peut-elle sauver les glaciers ?

Photo de Cassie Matias sur Unsplash

La géo-ingénierie peut-elle aider à ralentir l'inexorable fonte des glaciers ? Au-delà des effets secondaires encore inconnus, les techniques de géo-ingénierie glaciaire posent aussi de nombreux problèmes éthiques et diplomatiques.

En décembre 2021 s’est achevée la mission « Oceans Melting Greenland ». Menée par la NASA pendant six ans, ses conclusions sont sans appel : l’eau de l’océan fait fondre en profondeur les glaciers du Groenland, au moins autant que le réchauffement de l’atmo­sphère les fait fondre en surface. Ce n’est pas tout : ses mesures permettent aussi de constater que les glaciers fondent aujourd’hui six à sept fois plus vite qu’il y a 25 ans, et que plus un glacier est profond, plus il perdra rapidement sa glace. Face à ce constat, « la communauté glaciologique serait négligente de ne pas développer des plans d’urgence en cas de besoin », assène Michael Wolovick dans sa présentation de recherche en 2020.

Article à retrouver dans notre numéro 56 « Géo-ingénierie, c'est parti ? », en kiosque jusqu'au 10 avril et sur notre boutique.


Depuis plusieurs années, ce chercheur de l’université de Princeton (États-Unis) élabore différents modèles visant à bloquer l’eau chaude qui grignote la glace en profondeur. L’originalité de ses propositions : se concentrer sur une action très localisée,...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

Débloquez l'accès en vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro pdf "À quoi devons-nous renoncer ?" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 3€/mois

S'abonner
NUMÉRO 63 : AVRIL -MAI 2024:
+4°, ça va chauffer !
Lire le sommaire

Les derniers articles