A compléter

Éoliennes volantes, le vent d'enthousiasme

Souvent critiquées - notamment sur leur rentabilité - les éoliennes ont peut-être trouvé leurs successeurs. Maintenues par un câble accroché depuis le sol, ces éoliennes d'un nouveau genre flottent dans le ciel à la manière d'un cerf-volant. Résultat : elles coûtent moins cher et sont plus performantes.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’avenir de ces éoliennes volantes paraît très encourageant. Les avantages sont multiples : rendements décuplés, appareils moins couteux que ce qui se fait aujourd’hui, maintenance plus facile à assurer. L’innovation technologique repose sur la possibilité – en élevant ces engins dans le ciel, entre 400 et 1000 mètres selon les modèles – de profiter des vents de haute altitude, plus puissants mais aussi plus réguliers que les vents à l’intensité modérée. Les éoliennes volantes produiraient jusqu’à 10 mégawatts/h, les plus performantes seraient même 5 fois plus puissantes que les éoliennes terrestres.

Du surf sur les vents

Il existe plusieurs familles d’éoliennes. Parmi elles, certaines ressemblent à des voiles de kitesurf mais constituent pourtant de véritables centrales électriques : le constructeur KiteGen a imaginé un système de cerf-volant où l’énergie passe par le cable et se transforme en électricité via un générateur installé au sol. C’est le contraire qui se passe du côté des éoliennes à hélices – les modèles Sky Windpower, Makani Power et Joby Energy – où des rotors créent de l’électricité, laquelle descent ensuite au sol.

Un troisième concept d’éolienne reprend le principe du ballon dirigeable afin de capter ces vents qui circulent à plus de 600 mètres au-dessus de nos têtes. Au centre de cet appareil baptisé BAT et pensé par Altaeros Energy est fixée une hélice créatrice d’énergie électrique. Résistant à la pluie et la neige, le BAT s’adapte à tout type de temps et d’environnement et sera dressé en Alaska l’année prochaine.

Reste encore à convertir ces différents prototypes en véritables ressources d’énergie produite au niveau industriel. La solidité des cables ou encore les mesures de sécurité restent encore à améliorer. Si certains exemplaires seront hissés en 2015, la majorité d’entre eux ne seront disponibles que vers 2020.

 

crédits photos : Altaeros Energy / Sky Windpower

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
Numéro 41 AOÛT SEPTEMBRE 2020:
Qu'est-ce qu'on attend pour effacer la dette ?
Lire le sommaire

Les derniers articles