A compléter

Entreprises, intraprenez et gagnez votre place dans le monde de demain !

J'ai commencé le premier tour du monde de l'Intrapreneuriat social, l'Intrapreneurship Tour, il y a six mois avec l'objectif de prouver que l'"Intrapreneuriat social" est bien plus qu'un buzzword, c'est un moyen pour l'entreprise de gagner sa place dans un monde qui évolue plus vite que jamais...

En cinq mois de voyage j’ai vécu des moments bouleversants : à Londres lors des débats et conflits pré-Brexit, au Brésil lors de l’impeachment de Dilma Roussef, à Sao Paolo avec des consultants SAP et des ingénieurs qui s’improvisent chauffeur Uber faute de trouver du travail, aux USA lors de l’homicide de deux noirs Américains par la police, et enfin, dans mon beau pays touché par des attentats sanglants…

En même temps, dans les grandes entreprises, certains se réveillent le matin, vont au travail mais ne savent pas ce qu’ils y font ni pourquoi ils le font. En France, le pourcentage de salariés engagés dans leur travail n’est que de 11%, selon le rapport Gallup "State of the global workplace" 2013. D’autres subissent des modèles managériaux si pyramidaux, stressants et procéduraux qu’ils finissent par craquer : 48% des salariés français se disent confrontés directement ou indirectement à des situations de burn-out, selon une étude de l’Institut Great Place to work

Et puis il y a nous : la génération Y, les millenials... Peu importe le nom qu’on nous donne, l’une des émotions principales qui nous unit est l’angoisse. Elle nous envahit lorsqu’on observe tout ça.

Êtes-vous choqués en apprenant que nous ne souhaitons pas travailler dans une entreprise qui aurait oublié qu’elle est censée avoir une mission statement ou qui "pressuriserait" ses managers pour des objectifs court termistes –nécessaires– mais vides de sens? Qui serait déconnectée des problèmes sociaux et environnementaux auxquels notre planète fait face? Qui nous empêcherait de réaliser notre potentiel?

Selon l’enquête "Génération quoi?" de France Télévision, 70% des jeunes Français estiment que la société ne leur donne pas les moyens de montrer ce dont ils sont réellement capables. Trop souvent, l’entreprise est devenue une entité déconnectée des enjeux sociaux et environnementaux les plus urgents, riche d’hommes et de femmes qui ne se reconnaissent pas dans ce qu’ils font.

L’intraprenariat pour s’épanouir en entreprise

J’ai néanmoins beaucoup d’espoir et une foi énorme en l’entreprise comme moteur d’épanouissement et d’impacts positifs.

Car lors de l’Intrapreneurship Tour j’ai eu la chance de rencontrer des intrapreneurs sociaux qui sont parvenus à reconnecter le monde, les salariés et l’entreprise en créant des projets qui apportent du business à l’entreprise, qui ont du sens pour les salariés, et qui participent à l’évolution de la planète vers le meilleur.

J’ai ainsi rencontré Barbara, un intrapreneur qui a décidé d’amener un peu d’elle-même chez Unilever en créant un projet autour d’un sujet qui lui tenait à coeur: l’accès à l’eau au Nigeria. Grâce à elle et à l’équipe qu’elle a formée autour de ce projet, Unilever teste en ce moment un nouveau business model au Nigeria: construire des puits dans des villages qui n’ont pas accès à l’eau et à proximité de chaque puits, une petite épicerie Unilever gérée par des femmes du village. Vous avez dit sens, impact, business ?

J’ai aussi croisé la route de Taciana, un intrapreneur qui a travaillé chez NBS où elle a permis la création de Rio+Rio, une start-up créée au sein même de l’agence de communication. Spécialisée dans les campagnes de communication, elle permet aux marques de s’adresser, de façon privilégiée, aux communautés habitant dans des favelas tout en servant leurs intérêts. Vous avez dit sens, impact, business ?

Il ne s’agit pas de transformer l’ensemble des salariés en intrapreneurs sociaux mais de donner à ceux qui le souhaitent la possibilité de le devenir en construisant des espaces de liberté d’intraprendre. C’est l’un des outils qui pourra permettre aux entreprises de gagner leur place dans le monde de demain, car elles auront participé à la construction.

Pour prendre votre dose d’inspiration, suivez l’Intrapreneurship Tour sur FacebookLinkedIn ou Twitter @socintratour

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
Numéro 41 AOÛT SEPTEMBRE 2020:
Qu'est-ce qu'on attend pour effacer la dette ?
Lire le sommaire

Les derniers articles