En réponse à...

En réponse aux résiliothérapeutes et leur métaphysique du malheur

Illustration : Kévin Deneufchatel

Une mission parlementaire sur la résilience nationale vient d’être créée, préfigurant peut-être un ministère de la Résilience, preuve que cette nouvelle sémantique séduit, jusqu’à prendre racine dans les politiques territoriales comme dans les programmes politiques. Face aux résiliothérapeutes, le chercheur Thierry Ribault, auteur de Contre la résilience. À Fukushima et ailleurs (L’échappée, 2021), dénonce ce qu’il identifie comme une technologie de consentement à vivre dans un monde aux conditions de vie dégradée, un nouveau récit sans Histoire.

Depuis les décennies 1990-2000, les conteurs de la résilience nous endorment de récits de rescapés dont ils font d’exemplaires histoires de reconstruction de ce qui a été anéanti. Illustration sémantique avec le Centre ressource du développement durable (CERDD) qui résume la stratégie de résilience à l’attention de décideurs locaux et d’acteurs de terrain : « Des deuils, des ruptures, des événements traumatisants… on en vit tous, ils nous affectent, parfois nous déstabilisent, souvent nous poussent à [nous] reconstruire. Il en va de ces épreuves individuelles comme des territoires : ces perturbations peuvent être des catastrophes naturelles (sécheresse, feu, inondation, canicule, pollution), des crises économiques (revirement industriel d’un territoire, fermeture massive d’entreprises), des risques technologiques (nucléaires, chimiques…), mais aussi des phénomènes plus lents, comme le changement climatique. » Outre que, personnellement, je ne suis pas un territoire, on notera que les « catastrophes » sont ici dites « naturelles », même lorsqu’elles résultent d’un technocapitalisme débridé, et qu’elles deviennent des « crises » ou des « risques » alors même qu’elles sont des catastrophes déjà en cours. « La résilience territoriale s’impose alors comme le moyen de dépasser les situations de crise et d’engager les territoires dans une vision à plus long terme qui intègre le risque et s’appuie sur les forces et les potentialités locales. » Il s’agit...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

En vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Le numéro "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier