A compléter

Du miel pour l'architecte

Et si la technologie s'inspirait de la nature plutôt que de s'y opposer ? C'est le principe du biomimétisme. Plantes, insectes et animaux déploient des trésors d'ingéniosité pour s'adapter à leur environnement, et nombre de ces idées sont bonnes à prendre. La preuve avec les abeilles et leur habitat.

Better call SAUL

Les ruches représentent un bon exemple d'utilisation efficiente des matériaux. La structure en alvéoles permet d’obtenir une grande solidité avec peu de cire – un nid d'abeilles est constitué à 95 % de vide – tout en conservant une bonne souplesse. Depuis les années 1980, plusieurs entreprises, notamment le Français Nidaplast, développent des SAUL (Structure Alvéolaire Ultra Légère). Ces assemblages d'alvéoles (en plastique, aluminium ou même en carton) sont recouverts de peaux en résine et de fibre de verre. À la fois légères, résistantes, flexibles et économes en matériaux, elles sont utilisées dans l'industrie, notamment en aéronautique (pour les extrémités des ailes d'avion, par exemple) ou sur les chantiers navals. Les « nids d'abeilles » sont également appelés à la rescousse pour les travaux publics, principalement comme bassins de rétention d'eau et pour le renforcement des sols.

Luminosité optimale et régulation de la température

Pour permettre la production de miel et de cire, ainsi que la croissance des larves, les ruches doivent répondre à deux impératifs : laisser passer la lumière et réguler la température. Le salut vient là encore de la structure en alvéoles. Ces dernières permettent un ensoleillement maximal à l'intérieur de la ruche, tout en assurant l'isolation thermique. Certains architectes construisent d’ailleurs des bâtiments sur le modèle des ruches, afin d'accroître leur efficacité énergétique. Le Sinosteel International Plaza, un gratte-ciel en cours de construction à Tianjin (Chine), est conçu sur ce principe et dispose de fenêtres en forme d'alvéoles.

Du bâtiment à l'automobile, une multitude d'applications

L'univers des reines et des ouvrières regorge d'idées à exploiter. Les yeux des abeilles comprennent 4 500 facettes, qui sont autant de récepteurs indépendants permettant d’avoir une vision panoramique. Le constructeur automobile Nissan s’en est d’ailleurs inspiré pour créer son système anti-collision : utilisant un télémètre laser, il détecte les obstacles à 180 degrés et peut corriger la trajectoire de la voiture en cas de danger. Autre exemple, la résiline, une substance contenue dans les articulations des abeilles. C’est grâce à elle que ces insectes peuvent battre des ailes aussi rapidement. Une équipe de chercheurs australiens est parvenue à synthétiser la résiline en laboratoire. De quoi envisager, à terme, une véritable révolution dans le domaine de la mécanique. Les innovations du futur seraient-elles à l’intérieur de la ruche ?

Article à retrouver dans le numéro 2 de Socialter, rubrique « Social Lab », page 84.


(Photos Une © DR)
(Photos Inter1 © Thomas Bresson)
(Photo Inter2 © DR) 

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
Numéro 41 AOÛT SEPTEMBRE 2020:
Qu'est-ce qu'on attend pour effacer la dette ?
Lire le sommaire

Les derniers articles