Enfumage

Décroissance aéronautique : ne pas céder aux sirènes de l'éco-kérosène

@skyler_tv

Alors que la plupart des avions restent cloués au sol, l'exigence de contreparties environnementales aux aides de l'Etat vers le secteur aérien se fait de plus en plus forte. Mais les solutions technologiques comme l'agro-kérosène et l'hydrogène ne sont que des moyens de poursuivre une fuite en avant intenable, selon Laurent Castaignède, ingénieur de l'École centrale Paris, fondateur du bureau d'études BCO2 Ingénierie et auteur de Airvore ou la face obscure des transports, chronique d'une pollution annoncée (Ecosociété, 2018).

Ces dernières semaines se déverse une pluie de  milliards promettant de sauver le secteur aérien du choc consécutif à la pandémie de Covid-19. Le but avoué est de restaurer au plus vite la situation « normale » de 2019, puis de renouer avec la croissance « naturelle » d'un trafic habitué à une expansion immodérée depuis des décennies (1).

Sauf que cette fois (2), c'est promis, ce sera avec comme objectif premier l'environnement (le climat en particulier), notre gouvernement s'y engage. Ainsi, le ministre de l’économie Bruno Le Maire déclarait en avril qu’« Air France [devait] devenir la compagnie aérienne la plus respectueuse de l'environnement de la planète » et promettait le 9 juin dernier de « parvenir à un avion neutre en carbone en 2035 au lieu de 2050 ». L'ambition est telle, le patient si énergivore, que l'on peut légitimement s'interroger : l’avion propre, ce nouvel oxymore, rejoindra-t-il le panthéon du greenwashing et du pouvoir des lobbies ? Examinons-en les ressorts.

Tout changer pour ne rien changer

Une première idée régulièrement avancée serait d'abord d'interdire les vols domestiques pour les trajets déjà couverts par un train régulier en moins de 2 ou 3 heures. Sauf que ces vols ne représentent qu'une proportion très mineure de l'impact des grandes compagnies (une part minoritaire de leurs court-courriers, eux-mêmes largement dépassés par l’impact des vols moyen et long-courriers)....

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

* Accès à tout le site pendant 7 jours
* Le numéro "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
Numéro 41 AOÛT SEPTEMBRE 2020:
Qu'est-ce qu'on attend pour effacer la dette ?
Lire le sommaire

Les derniers articles