Ebrieté numérique

Le « Cloud Gaming » ne fait pas le jeu de l'environnement

Illustration : Atelier Commun

Encore balbutiant, le jeu vidéo en streaming est un secteur en plein développement. Bien que permettant de jouer aux « blockbusters » sans console ni PC, il pourrait faire sensiblement croître l’impact environnemental global de ce secteur.

Jouer au dernier Assassin’s Creed entre deux arrêts de métro ou estourbir des hordes de monstres sur le prochain God of War allongé dans un parc : telle est la promesse des services de jeux en streaming ou de « cloud gaming ». Après la musique et le cinéma, les jeux vidéo sont à leur tour pris dans le ­courant. Qu’elles fonctionnent selon le principe de l’achat du jeu à l’unité ou d’un catalogue de titres accessibles à volonté, à l’instar de ­Netflix, les plateformes poussent aussi vite que les champignons ingurgités par ­Mario, et plusieurs mastodontes du numérique se sont engouffrés dans la brèche : ­Google a lancé Stadia l’année dernière, Microsoft a dégainé son xCloud il y a quelques mois et Amazon s’apprête à entrer dans la danse avec Luna. 

Au-delà d’un simple bouleversement des usages des joueurs, l’éventuel succès de ces services pourrait avoir des conséquences fâcheuses sur l’environnement. Des chercheurs de l’université de Lancaster, en Angleterre, se sont penchés sur la question. Dans une étude publiée en juin 2020 , ­Mike ­Hazas, ­Matthew ­Broadbent et ­Matthew ­Marsden ont élaboré trois scénarios pour les dix prochaines années. 

Dans l’hypothèse où le « cloud gaming » demeurerait un marché de niche, comme c’est encore le cas aujourd’hui, le jeu vidéo serait à l’origine de l’émission...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

* Accès à tout le site pendant 7 jours
* Le numéro "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier