A compléter

Cinq initiatives pour continuer à soutenir les réfugiés après les JO

Les Jeux Olympiques ont offert un renfort d'attention positive sur la crise des réfugiés grâce à la présence et à la participation d'une équipe composée de migrants. L'initiative vient d'Amnesty International, toujours au rendez-vous pour accompagner les prises de conscience en profitant d'événements mondiaux. Le tournoi terminé, la solidarité continue avec 5 projets animés par l'envie d'offrir une terre d'accueil aux réfugiés en Europe. Sparknews vous les présente.

La crise des réfugiés continue de s’amplifier, tout comme les flux migratoires dans le monde entier, tandis que le repli nationaliste gagne en popularité autour du globe. Une adhésion au Brexit ou le développement de comportements xénophobes au sein des pays européens sont le résultat d’une augmentation de la peur face à l’autre.

Néanmoins, le discours de plusieurs économistes se veut positif sur l’impact des réfugiés sur les activités nationales. Alexander Betts de l’Université d’Oxford voit l’immigration comme “un bénéfice net pour l’économie dans son ensemble et quelles que soient les conditions”. L’OCDE a mesuré lors d’une étude, entre 2001 et 2011, que 15% des emplois dans les secteurs en croissance étaient pourvus par des immigrés, mais 28% dans les métiers en décroissance. Bien que nous constations le besoin d’aide humanitaire des réfugiés, il est également primordial d’être en mesure de les intégrer économiquement. Il est donc l’heure de passer à l’étape suivante.

En réponse à cette crise humanitaire, cinq initiatives participent activement à la mise en place d’une chaîne de solidarité pour permettre aux migrants de prendre rapidement leurs repères, leur offrir une meilleure vie et construire un monde profitable à tous.

 

    1 - Natakallam

      Aux Etats-Unis, Natakallam soutient l’intégration des réfugiés en leur proposant de donner des leçons d’arabe, en ligne. 1500 étudiants sont actuellement enregistrés et suivent ces cours avec des migrants syriens. Pour Natakallam, cette initiative a un double effet : à travers une plateforme en ligne, les étudiants ont la possibilité de pratiquer la huitième langue la plus parlée au monde tandis que pour les réfugiés, l’intérêt économique est de taille avec un emploi à mi-temps dans un pays où il est très difficile de trouver un job valorisant”. Natakallam est en discussion pour développer des partenariats avec bon nombre d’universités dont CUNY, Duke et Georgetown.

      Suivez ce projet sur Facebook et Twitter

       

        2 - Catalytic Action

          Le programme “Catalytic Action’s Playgrounds for Refugee Children” (Aire de jeux pour les enfants réfugiés) accompagne l’éducation et le développement des enfants vivant dans les camps. Les temps de jeux représentent selon l’organisation “un rôle vital qui procure un temps de relâchement pour les enfants déracinés et témoins de conflits. Ces enfants méritent le droit de jouer pour guérir des traumatismes de la guerre”. Construite avec leur participation, la première aire de jeux a été créée au Liban, permettant à 357 enfants d’espérer la construction d’un futur plus solide qu’un château de sable.

          Suivez cette innovation sociale sur Facebook et Twitter

           

           

           

            3 - SINGA

              Lancé en 2012, Singa a pour objectif de créer des ponts entre population locale et réfugiés. Comment ? En participant à des événements quotidiens dans une communauté bienveillante. L’association propose des outils et des occasions de rencontre pour doper le vivre-ensemble, l’enrichissement culturel et la création d’emploi. Pour proposer aussi une aide à l’hébergement et permettre aux réfugiés de construire des liens plus forts avec les habitants, SINGA a lancé CALM (Comme à la maison), qui donne aux locaux l’opportunité d’accueillir des réfugiés temporairement de deux semaines à six mois. Au delà du logement, Guillaume Capelle, fondateur du projet, annonce que CALM a surtout permis aux réfugiés de construire un réseau social et professionnel. “Nous avons eu des taux d'accès à l'emploi salarié assez impressionnants.”

              Découvrez le projet vidéo et suivez-les sur Facebook & Twitter

               

                4 - La Fabrique Nomade

                  Et si les immigrés pouvaient aider nos sociétés à faire quelque chose de nos mains ? La Fabrique Nomade, initiative issue elle aussi de l'Hexagone, donne aux réfugiés-artisans l’opportunité de continuer leur travail manuel. La start-up sociale prévoit d’accompagner les réfugiés dans la définition de leur business model en les aidant à atteindre certaines certifications, compétences linguistiques et à entrer en contact avec des clients potentiels. Ils organisent aussi des ateliers où leur savoir-faire peut être partagé et des liens renforcés avec d’autres réfugiés et des curieux neo-makers.

                   

                    5 - Incubators for Immigrants

                      Véritable force vive entrepreneuriale, les immigrés peuvent profiter de l’aide d’Incubators for Immigrants au Pays-Bas. Agissant pour “l’existence économique et indépendante des réfugiés”, cette organisation permet aux migrants de valider un business plan et de profiter d’un accompagnement. Elle encourage le démarrage de leur activité et leur procure une assistance juridique et sociale.

                      Suivez-les sur Facebook


                      Retrouvez plus d'innovation sociale sur notre page Facebook.

                       

                      Sparknews identifie, valorise et connecte des innovations, aux impacts positifs sur l'homme et la planète, pour favoriser leur réplication. En amplifiant les transformations positives dans le monde entier, Sparknews accompagne l'évolution de nos sociétés vers des modèles plus inclusifs. Retrouvez-nous sur www.sparknews.com, sur Twitter et sur Facebook.

                      Abonnez-vous à partir de 39€/an

                      S'abonner
                      Numéro 41 AOÛT SEPTEMBRE 2020:
                      Qu'est-ce qu'on attend pour effacer la dette ?
                      Lire le sommaire

                      Les derniers articles