Movie business

Salles premium et grosses productions : le cinéma selon monsieur Seydoux

Illustrations : Valentin Tkach

Des « films spectacles », des salles premium... Avec Pathé, Jérôme Seydoux, 88 ans, entend secouer un cinéma français qui, à son goût, « manque de courage et d’ambition ». Cette orientation dessine en creux l’éloignement croissant de deux pôles de production, avec d’un côté quelques grosses machines et, de l’autre, une kyrielle de films aux moyens réduits.

Sucré, salé, en petit ou grand format, de 5,70 euros à 9,70 euros, le pop-corn s’exhibe derrière des portes vitrées dans le vaste hall d’entrée. Bonbons, chips et sodas sont alignés à côté de ce premier « Pop Corner » ; les étourdis auront bien d’autres occasions de se ravitailler. En face, une borne délivre les précieux billets d’entrée. Tarif plein : 18,50 euros, à régler après avoir choisi sa place sur l’écran. La salle 8 du Pathé Parnasse en compte à peine cent cinquante. G12 ? Quelle que soit la combinaison, les spectateurs pourront terminer couchés, coulés dans leur fauteuil molletonné. Deux mètres séparent chaque rangée. Un espace invitant à prendre ses aises, étendre ses jambes, incliner son dossier. Les quatre boutons sur la droite sont autant d’invitations à ajuster sa position.

Article issu de notre hors-série « Manuel d'autodéfense intellectuelle » avec François Bégaudeau, en kiosque, librairie et sur notre boutique.


Parfait pour la sieste dominicale, si d’Artagnan...

Débloquez cet article gratuitement !

Débloquez cet article gratuitement !

Accédez à cet article vous inscrivant sur notre site :
* Accès aux articles abonnés pendant 7 jours
* Notre numéro "À quoi devons-nous renoncer ?" offert en pdf

S'inscrire

S'identifier

Soutenez Socialter

Socialter est un média indépendant et engagé qui dépend de ses lecteurs pour continuer à informer, analyser, interroger et à se pencher sur les idées nouvelles qui peinent à émerger dans le débat public. Pour nous soutenir et découvrir nos prochaines publications, n'hésitez pas à vous abonner !

S'abonnerFaire un don

Abonnez-vous à partir de 3€/mois

S'abonner
NUMÉRO 64 : JUIN-JUILLET 2024:
Peut-on échapper à l'emprise numérique ?
Lire le sommaire

Les derniers articles