A compléter

Cancer : disparition prévue pour 2050 ?

Des scientifiques britanniques estiment qu'en 2050 le cancer pour les personnes âgées de moins de 80 ans ne sera plus qu'un lointain souvenir dans les sociétés occidentales. En cause ? L'amélioration de notre mode de vie, la lutte contre le tabac ou encore les avancées médicales.

La maladie du siècle serait éradiquée dans la deuxième moitié du XXIe siècle. C’est le résultat d’une étude menée par des chercheurs de l’University College de Londres : ainsi, d’ici 2050, la mortalité due à la plupart des cancers pourrait être très fortement réduite pour les personnées âgées de moins de 80 ans. La baisse de la proportion du nombre de fumeurs dans le monde ainsi que les avancées dans le secteur de la médecine ne seraient pas étrangers à cette bonne nouvelle, expliquent les scientifiques. L’étude rapporte aussi « qu’une meilleure prise de conscience concernant les risques et une meilleure prévention de cette maladie » favoriseraient la lutte contre ce fléau.

Si ce rapport est résolument optimiste, les chiffres liés au cancer restent alarmants : chaque année, on recense 8 millions de décès et près de 14 millions de nouveaux cas sont diagnostiqués. De plus, cette maladie n’a jamais fait autant de morts que ces dernières années. En France, le cancer est la première cause de mortalité chez l’homme, la seconde chez la femme. En 2012, 148 000 décès par cancer ont été comptabilisés – 85 000 chez l’homme et 63 000 chez la femme, selon l’association Unicancer. Malgré ce constat, la mortalité chez les personnes âgées de moins de 80 ans serait, selon le rapport, sur le point de reculer. Ainsi, l’étude estime que, au Royaume-Uni, la mortalité liée au cancer serait à même de diminuer de 40 % en 2030 (par rapport aux chiffres de 1990).

La guerre est déclarée

Pour aller plus loin dans la guerre contre le cancer, les scientifiques préconisent d’améliorer les techniques de dépistage, les tests génétiques, les campagnes de sensibilisation et les traitements innovants. Consommer de l’aspirine est par exemple indiqué comme une solution préventive contre les cancers colorectaux. Plus généralement, il s’agit de réformer les politiques de santé publique et d’encourager les visites médicales pour dépister le plus tôt possible les symptômes pouvant annoncer la maladie. Car nombre de cancers sont encore pris en charge bien trop tard.

« Dans les décennies futures, la combinaison de médicaments innovants avec des examens radiologiques et des interventions chirurgicales encore plus performants – si les investissements dans ce domaine sont maintenus – permettra à de plus en plus de personnes contractant un cancer à un stade avancé de vivre avec, sans trop d’encombres et même d’être soignées », signale le rapport. Si les résultats de l’enquête portent sur le Royaume-Uni, ils sont également valables pour la France : dépistages plus précoces, amélioration des traitements médicaux et du style de vie des citoyens sont fondamentaux pour une meilleure prévention du cancer.

À lire dans notre prochain numéro à paraître : « Lutte contre le cancer, lever une armée de chercheurs ». Cet article du n°9 de Socialter revient sur le crowdsourcing de la recherche contre le cancer.

Crédits photo : Zdenko Zivkovic

 

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
Numéro 41 AOÛT SEPTEMBRE 2020:
Qu'est-ce qu'on attend pour effacer la dette ?
Lire le sommaire

Les derniers articles