Sus au pouvoir logistique

Bloquer pour gagner

Emmanuel Vivenot

Finies les bonnes vieilles manifestations ou la grève à papa : face à la « révolution logistique » du capitalisme et aux échecs répétés des mouvements sociaux, l’heure serait-elle au blocage des flux économiques ? Défendu par de nouveaux militants, mis en pratique par les Gilets jaunes, ce mode d’action peine à entraver la grande machine anonyme mais ne manque pas de vertus. Un article paru initialement dans le numéro 42, "Militer par temps de crises".

C’était il y a deux ans. Ce samedi 17 novembre 2018, la France s’est réveillée en jaune fluo. Barrages routiers, occupation de ronds-points, rassemblements spontanés… L’acte 1 des Gilets jaunes et ses 2 000 points de blocage ont inauguré une contestation d’un genre nouveau. Pas de grève massive, pas de manifestation unitaire encadrée par les syndicats, mais des axes de communication ralentis, des raffineries occupées, des entrepôts logistiques assiégés. Rémi, 26 ans, était là. Les premières semaines de mobilisation, avec son groupe de Gilets jaunes du Val-de-Marne, il a tenté de bloquer le marché de Rungis. «Je voulais cibler un lieu stra­té­gique », raconte aujourd’hui ce vendeur dans le secteur alimentaire, pour qui l’occupation des ronds-points et les manifestations du samedi semblent trop peu efficaces. Nouvelle génération, nouvelles méthodes. Le parcours de Rémi illustre l’évolution récente des mouvements sociaux, caractérisée par un rejet des pratiques et des appareils militants traditionnels. Pour peser, mieux vaut bloquer le «ventre de Paris» ou quelques dépôts pétroliers. Quatre ans avant les Gilets jaunes, les anonymes du Comité invisible scandaient déjà  : « Le pouvoir est logistique. Bloquons tout ! ». Une reprise du slogan « Bloquons tout ! », apparu lors du mouvement anti-CPE (contrat première embauche) de 2006, auquel les auteurs ont ajouté...

Cet article est réservé aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés.

* Accès à tout le site pendant 7 jours
* Le numéro "l'avenir sera low-tech" en cadeau

S'inscrire

S'identifier

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
Faut-il se sentir coupable ?
Numéro 43 DÉCEMBRE-JANVIER 2020-21:
Faut-il se sentir coupable ?
Lire le sommaire

Les derniers articles