A compléter

Baromètre 2016 : les derniers exploits de la finance solidaire.

Le dernier baromètre de la finance solidaire, réalisé par Finansol en partenariat avec le journal La Croix, dévoile les nouveaux records de l'année 2016 d'un secteur en constante croissance depuis 15 ans.

L’an dernier, les investissements solidaires ont contribué à reloger 5 550 personnes, créer et consolider 49 000 emplois, et approvisionner en électricité renouvelable plus de 20 000 foyers. La liste ne s’arrête pas là. Ces investissements ont aussi permis 5,03 millions d’euros de dons à des associations et plus de 283 millions d’euros versés pour soutenir des projets d’intérêt général.


Ces chiffres ne tombent pas de nulle part. Depuis 15 ans, l’association Finansol observe une progression de l’encours d’environ 27% en moyenne chaque année! L’écosystème de la finance solidaire commence avec l’épargnant qui choisit de placer son argent dans une banque sociale, comme la Nef ou le Crédit coopératif en France. Ces banques investissent ensuite dans des domaines d’utilité publique comme l’agriculture biologique ou l’énergie solaire par exemple. Enfin, au bout de la chaîne, une entreprise de l'économie sociale et solidaire (ESS) obtient un prêt dans ces banques et peut mener à bien son activité au service de l’intérêt général.


Après l'épargne, bientôt une assurance-vie solidaire ? 


2016 n’a pas fait exception. Finansol fait état de 196 000 nouvelles souscriptions à un placements solidaire. C’est une progression de plus de 10% par rapport à 2015. Aujourd’hui, ils sont plus de 2 millions d’épargnants solidaires, via leur banque, une mutuelle d’assurance, une entreprise solidaire ou leur propre business. L’épargne salariale est d’ailleurs le moteur de cette progression : 1 milliards d’euros de plus par rapport à 2015.

Ce bilan annuel, certes enthousiasmant, est aussi l’occasion de lancer un appel à l’Etat. L’association Finansol souhaiterait que les pouvoirs publics encouragent la finance solidaire dans des domaines comme celui de l’assurance-vie. “L’offre solidaire dans cette gamme de produits est quasi-inexistante”, déplore Finansol, alors que l’assurance-vie s’impose comme le placement préféré des français pour 43% d’entre eux, selon une étude signée LinXea et Odoxa de novembre 2016.

 

 

Abonnez-vous à partir de 39€/an

S'abonner
Numéro 41 AOÛT SEPTEMBRE 2020:
Qu'est-ce qu'on attend pour effacer la dette ?
Lire le sommaire

Les derniers articles